Wikileaks offre 100'000 euros pour le traité transatlantique

CrowdfundingLe site promet la somme à celui qui divulguera le contenu du traité de libre-échange. Une initiative que soutient l'ex-ministre de finances grec Yanis Varoufakis.

Comme contributeur de marque, on retrouve Yanis Varoufakis. Il a promis de participer afin de rendre public le traité transatlantique.

Comme contributeur de marque, on retrouve Yanis Varoufakis. Il a promis de participer afin de rendre public le traité transatlantique. Image: Archives/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le site Wikileaks a promis le mardi 11 août 100.000 euros à toute personne qui lui fournirait une copie du Traité de commerce transatlantique, somme qui doit être rassemblée via une opération de financement participatif et à laquelle l'ex-ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a notamment promis de contribuer.

«Le secret» entourant ce Traité, en cours de négociation entre l'Union européenne et les États-Unis, «constitue une menace pour l'avenir de la démocratie européenne», estime le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, dans un communiqué.

La styliste britannique Vivienne Westwood ou encore le journaliste américain Glenn Greenwald figurent également parmi les personnalités de premier plan en Europe et aux Etats-Unis qui ont promis de contribuer à l'opération de crowdfunding, selon le communiqué.

Dans l'après-midi, le site avait reçu plus de 21.000 euros de dons, soit 21% de la somme promise.

Le secret entourant les négociations

Le Traité de commerce transatlantique (TTIP en anglais, TAFTA en français) vise à créer la plus grande zone de libre-échange bilatérale au monde, en faisant tomber les barrières douanières et en réduisant les différences de réglementations. Engagées en juillet 2013, les négociations devraient passer à la vitesse supérieure cet automne, selon la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström.

Mais ses opposants dénoncent le secret qui entoure les négociations et affirment que le TTIP servira surtout les intérêts des multinationales.

«Le secret entourant le TTIP constitue une menace pour l'avenir de la démocratie européenne. Certains intérêts en profitent sans limite, un peu comme ce qu'on a pu observer lors du siège financier contre le peuple grec. Le TTIP a un impact sur les vies de tous les Européens et entraîne l'Europe dans un conflit de long terme avec l'Asie. Il est temps de mettre fin au secret», a déclaré le fondateur du site Julian Assange, cité dans le communiqué.

Wikileaks promet déjà depuis le mois de juin 100.000 dollars (90.000 euros) pour le texte d'un autre accord en cours de négociation, le TTP ou accord de partenariat transpacifique, qui a pour but de relancer les échanges entre douze pays de la zone Asie et Pacifique. (afp/nxp)

Créé: 11.08.2015, 18h01

Articles en relation

Les USA ont espionné le gouvernement japonais

Wikileaks La NSA, agence de renseignement des Etats-Unis, a espionné le gouvernement japonais ainsi des entreprises. Plus...

La France refuse l'asile à Julian Assange

Wikileaks La France rejette une demande d'asile déposée la veille par le fondateur de Wikileaks, l'Australien Julian Assange, reclus depuis trois ans à l'ambassade d'Equateur à Londres. Plus...

WikiLeaks publie les archives de Sony

Piratage «Ces archives montrent les rouages d'une multinationale influente. C'est digne d'intérêt» a déclaré Julian Assange, à la tête de WikiLeaks. Plus...

Le plan B fou qui devait sauver la Grèce

Crise de la dette L'ancien ministre des Finances grec raconte avoir été chargé de préparer un système bancaire parallèle si la Banque centrale européenne stoppait son aide d'urgence. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.