Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Conseil des ÉtatsNon à la création d’institutions cantonales d’assurance maladie

Plusieurs mesures visant à réduire et maîtriser les coûts pour freiner la hausse des primes sont déjà en cours d’examen, selon le Conseil des États. (Photo d’illustration)

Des mesures en cours d’examen

Simplifier le système actuel

ATS

9 commentaires
Trier:
    Gilles Hieron

    Donc je résume:

    avant 1996 on avait un système complètement privé, il n'y avait pas d'obligation de s'assurer, les tarifs médicaux n'étaient pas déterminés par l'état, etc., etc., et les coûts étaient relativement maîtrisés.

    La gauche a poussé -merci Ruth Dreyfuss- pour qu'on introduise la LAMAL, c'est-à-dire un système semi-étatisé, au prétexte que 2% des gens n'étaient pas assurés et en nous promettant que les coûts n'allaient pas augmenter.

    C'est ce qu'on a fait en 1996.

    Résultat?

    Comme chaque fois qu'on collectivise et étatise une activité, les coûts ont explosé, au point que pour les familles c'est la deuxième dépense après le loyer. D'ordinaire, la plupart des gabegies socialistes étant financées par l'intermédiaire de l'impôt, cela ne se voit pas trop. Là, comme les gens sortent directement l'argent de leur poche, ils ressentent de plein fouet l'augmentation.

    Solution de tout ce petit monde à gauche?

    Un cran plus loin dans l'étatisation, avec à nouveau la promesse d'une baisse des coûts pardi!

    Allez-y les cocos, votez pour une étatisation complète histoire qu'on rigole.

    Est-ce qu'il y aurait quelqu'un en politique qui proposerait tout simplement de revenir en arrière, c'est-à-dire au système d'avant 1996, et d'arrêter le collectivisme forcé?

    Je n'en vois pas.

    La raison pour laquelle il faut s'opposer à tout accroissement du contrôle de l'état sur nos vies, c'est qu'une fois celui-ci entériné, il devient littéralement impossible de revenir en arrière.