Passer au contenu principal

Lutte contre le coronavirus«Notre solution est simple et permet de sauver des emplois»

Le PS propose d’indemniser les branches contraintes de fermer. Le montant? Un forfait de 10%, calculé sur les RHT touchées par chaque entreprise.

Pour le président du groupe socialiste, Roger Nordmann (PS/VD), il faut sortir de la logique de cas de rigueur pour aller vers une indemnisation générale.
Pour le président du groupe socialiste, Roger Nordmann (PS/VD), il faut sortir de la logique de cas de rigueur pour aller vers une indemnisation générale.
TDG

Roger Nordmann, on interdit à des entreprises de travailler mais on peine à les dédommager. Qu’est-ce qui cloche?

Le problème, c’est que le Conseil fédéral est resté dans une logique de cas de rigueur, en prévoyant d’aider les situations extrêmes. Or, il faut aller dans la direction d’une indemnisation générale. Les branches qui ont été contraintes de fermer leurs portes rendent un immense service à la collectivité, car leur arrêt permet de contenir l’épidémie. En contrepartie, on doit tout faire pour qu’elles s’en sortent avec le moins de dommages possible.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.