Passer au contenu principal

Hôpital Riviera-Chablais«Nous allons piloter par la qualité, et non par les coûts»

Brigitte Rorive Feytmans, nouvelle présidente de l’HRC depuis moins de six mois, explique les mesures déjà prises pour redresser la barre.

Brigitte Rorive Feytmans, nouvelle présidente du Conseil d’établissement de l’Hôpital Riviera-Chablais, a assaini les finances des Hôpitaux universitaires genevois. Elle estime que le retour à l’équilibre «n’est pas que financier: il passe par l’amélioration des prises en charge des patients et par le bien-être de nos collaborateurs. En faisant mieux les choses et en optimisant nos processus, nos coûts baisseront car nous gagnerons en efficience, de nombreuses études le prouvent.»
Brigitte Rorive Feytmans, nouvelle présidente du Conseil d’établissement de l’Hôpital Riviera-Chablais, a assaini les finances des Hôpitaux universitaires genevois. Elle estime que le retour à l’équilibre «n’est pas que financier: il passe par l’amélioration des prises en charge des patients et par le bien-être de nos collaborateurs. En faisant mieux les choses et en optimisant nos processus, nos coûts baisseront car nous gagnerons en efficience, de nombreuses études le prouvent.»
PATRICK MARTIN

Après deux audits, l’Hôpital Riviera-Chablais (HRC) va faire l’objet d’une commission d’enquête parlementaire (CEP), votée ce mardi. Dans la foulée, les députés ont aussi octroyé à l’HRC (en plus des garanties de cautionnement) 125 millions (20 millions + 7 millions sur quinze ans).

La nouvelle présidente du Conseil d’établissement (CEtab), Brigitte Rorive Feytmans, est entrée en fonction mi-octobre. Celle qui a assaini les finances des Hôpitaux universitaires genevois réagit à la CEP et explique ce que le CEtab a accompli en moins de six mois pour redresser la barre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.