Passer au contenu principal

Habitudes d’achat«Nous n’avons pas mangé beaucoup de viande pendant le confinement»

Avec l’ouverture des frontières, les Suisses retournent faire leurs courses en France. Des prix moins chers et un éventail de produits plus large semble faire la différence.

Cindy, Jason, Jean-Luc et Julian, de Meyrin, sur le parking du Leclerc, ont rempli le coffre de leur voiture. La différence de prix des victuailles leur permet d’acheter de nouveau de la viande. Ce n’était pas le cas quand ils devaient faire leurs courses en Suisse, disent-ils.
Cindy, Jason, Jean-Luc et Julian, de Meyrin, sur le parking du Leclerc, ont rempli le coffre de leur voiture. La différence de prix des victuailles leur permet d’acheter de nouveau de la viande. Ce n’était pas le cas quand ils devaient faire leurs courses en Suisse, disent-ils.
Yvain Genevay

Il n’est pas cher mon poisson. Avec la réouverture des frontières, les Suisses appâtés par les prix proposés en France voisine ont pu reprendre le volant, direction leur hypermarché favori, pour faire leurs courses. Ce week-end était le premier depuis que le bouclage des douanes, mis en place en raison du coronavirus, a été levé. Ont-ils été nombreux à essayer d’en profiter?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.