Passer au contenu principal

Plan de relanceNyon lance son «New Deal» version écolo

Soutenir l’économie mise à mal par le coronavirus tout en renforçant sa réponse à l’urgence climatique. Les autorités font d’une pierre deux coups.

La Municipalité de Nyon entend renforcer de manière substantielle la présence de végétaux dans la ville pour multiplier les îlots de fraîcheur.
La Municipalité de Nyon entend renforcer de manière substantielle la présence de végétaux dans la ville pour multiplier les îlots de fraîcheur.
Ville de Nyon/Michel Perret

«La sortie de la crise sanitaire doit être l’occasion de repenser notre avenir, notamment du point de vue de la politique climatique», assure Daniel Rossellat, le syndic de Nyon qui a présenté lundi le plan de sa Municipalité pour soutenir l’économie de proximité et renforcer massivement les actions en faveur du climat. Une feuille de route répondant au nom de Nyon s’engage comprend 20 mesures. D’ici à la fin de l’année, au moins 10 préavis seront déposés devant le Conseil communal pour demander les crédits nécessaires à la réalisation des premières actions.

Pour les autorités, il est primordial d’investir afin de soutenir l’économie locale. Moins d’une année après avoir mis au frigo 60 projets représentant près de 130 millions de francs à cause de finances en péril, la Municipalité de Nyon change de stratégie pour répondre à un environnement durement impacté par la crise sanitaire. «Nous voulons mener une politique anticyclique pour diminuer l’impact de la crise, souligne Daniel Rossellat. Nous voyons aussi l’avenir avec un certain optimisme.» Les comptes 2019, qui ont bouclé sur un léger bénéfice, ont contribué à voir l’avenir avec un peu plus de sérénité.

Le programme nyonnais a deux orientations. Le premier est de soutenir les artisans locaux avec des chantiers de rénovation en particulier. Ces travaux de relativement faible ampleur reviennent aux entreprises de proximité. Ce sera le cas avec la mise en conformité de la halle occupée anciennement par l’entreprise d’autodémolition Lude à Champ-Colin (245’000 fr.) et le réaménagement de l’entrée du château et de son grand caveau (520’000 fr.). «Il y a aussi un bénéfice environnemental à ce type de chantiers, ajoute Claude Uldry, municipal des Bâtiments. Ils permettent d’améliorer les économies d’énergie.»

L’autre grande frange du plan est axée sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’anticipation des conséquences du changement climatique. «Nous ne partons pas d’une page blanche car beaucoup de choses ont déjà été réalisées par le passé, insiste le syndic. Désormais nous accélérons certains dossiers dans le but de diminuer notre impact carbone.»

Doper la production solaire

Lundi prochain, ce seront cinq premiers préavis inscrits dans la feuille de route climatique qui seront déposés devant l’organe délibérant. Ils représentent un investissement de 1,7 million de francs, sans compter la création d’une société anonyme dotée de 2 millions. Cette dernière, entièrement aux mains de la Commune, aura la mission de doper la production électrique photovoltaïque. «Cette production ne couvre aujourd’hui que 4% de la consommation, calcule Vincent Hacker, municipal des Énergies. Cette proportion passera à 30% en 2030.» Une vingtaine de sites ont déjà été identifiés sur des toits de plus de 500 m2.

Toujours dans le domaine de la production d’énergie renouvelable, la Ville entend mettre à disposition d’une coopérative un toit du complexe scolaire du Rocher pour l’installation d’une centrale solaire citoyenne. La grande partie des coûts d’installation sera à la charge de la coopérative par le biais des parts sociales souscrites par ses membres. En dessus des bureaux et des ateliers du Service des espaces verts et forêts, des cellules photovoltaïques seront également disposées, pour le compte de la Ville cette fois-ci.

La Municipalité s’est aussi fixé comme objectif de baisser la consommation d’énergie sur son territoire de 1,6 GWh par année, soit la consommation moyenne de quelque 460 ménages. Les Services industriels seront en charge de réussir ce tour de force en planifiant des mesures incitatives à destination des particuliers et des PME pour la période 2020-2023.

«Nous voulons mener une politique anticyclique pour diminuer l’impact de la crise.»

Daniel Rossellat, syndic de Nyon