Passer au contenu principal

Politique communaleNyon n’aura pas d’assemblée tirée au sort

Le Conseil communal n’est pas entré en matière sur une diminution de son effectif pour faire de la place à des citoyens choisis au hasard.

La salle du Conseil communal de Nyon n’accueillera pas la chambre consultative tirée au sort.
La salle du Conseil communal de Nyon n’accueillera pas la chambre consultative tirée au sort.
Olivier Vogelsang

Nyon ne deviendra pas un laboratoire de la démocratie en se dotant d’une assemblée politique permanente tirée au sort. Lundi soir, le Conseil communal n’a même pas souhaité étudier la question et a ainsi enterré la proposition de Pierre Wahlen. L’élu Vert voulait faire passer l’organe délibérant de 100 à 80 membres et créer un groupe citoyen de 20 personnes choisi au hasard.

Cette chambre représentative de la population nyonnaise n’aurait eu qu’un rôle purement consultatif dans une forme encore à définir. L’objectif avoué du conseiller était de reconstruire du lien entre politique et population dans une période où la défiance de la seconde envers la première ne cesse de s’agrandir.

Question de légalité

Plusieurs élus ont douté de la recevabilité de la proposition notamment à cause de la présence d’adolescents entre 16 et 18 ans au sein de la chambre consultative. «Nous avons affaire à une motion qui n’est pas valable à plusieurs points de vue, a estimé l’avocate Rachel Cavargna-Debluë, présidente des PLR de Nyon. Il n’est pas possible, selon la loi sur les communes, de remplacer des conseillers communaux par des citoyens tirés au sort, d’autant plus qu’il est prévu d’avoir des mineurs qui n’ont pas le droit d’éligibilité.» La crainte d’une surcharge de travail pour les élus restants a aussi été évoquée pour justifier le refus.

Le recours au tirage au sort pour créer des organes consultatifs est tendance à travers le monde. Le milieu académique l’étudie de très près. Ce thème s’invitera bientôt en Suisse. Une initiative doit être déposée d’ici à quelques mois pour tirer au sort le Conseil national.