Passer au contenu principal

FranceObsèques de Gisèle Halimi à Paris au son de «l’Hymne des femmes»

Une cérémonie laïque en mémoire de l’avocate et figure féministe a été célébrée ce jeudi au crématorium du Père-Lachaise.

Un grand portrait souriant de la défunte avait été exposé devant le cercueil de Gisèle Halimi.
Un grand portrait souriant de la défunte avait été exposé devant le cercueil de Gisèle Halimi.
Compte Twitter de Stéphane Campa

Les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées jeudi à Paris en présence de plusieurs centaines de personnes, au son notamment de «Bella Ciao» et de «l’Hymne des femmes». L’avocate et figure féministe est décédée le 28 juillet à l’âge de 93 ans.

Un grand portrait souriant de la défunte avait été exposé devant son cercueil, lors de cette cérémonie laïque organisée au crématorium du Père-Lachaise, où ses cendres reposeront aux côtés de celles de son mari, a constaté l’AFP.

Gisèle Halimi «fait partie de ces personnes assez rares qui nous réveillent», lui a rendu hommage le philosophe et écrivain Régis Debray. Il a confié avoir «compris grâce à elle» que le combat pour l’émancipation des femmes et celui pour l’émancipation des peuples ne faisaient qu’un. «Elle mérite de rester parmi nous comme un défi à toutes les convenances, les défis et les paresses», a-t-il estimé.

Outre deux de ses trois fils, plusieurs personnalités se sont succédé pour évoquer la mémoire de cette inlassable combattante pour les droits des femmes, avocate engagée et figure de la cause anticoloniale, ancienne députée et autrice.

Militante anticolonialiste

Parmi elles notamment l’ambassadeur d’Algérie en France Salah Lebdioui et des militantes de l’association «Choisir la cause des femmes» qu’elle a fondée avec Simone de Beauvoir en 1971.

Née Gisèle Taïeb le 27 juillet 1927 dans une famille modeste à La Goulette, banlieue cosmopolite de Tunis où elle a grandi, elle sera témoin, enfant, le 9 avril 1938, de la répression sanglante d’une manifestation favorable à l’émancipation des Tunisiens, un épisode qui la marquera durablement. Elle deviendra ainsi plus tard une des avocates de la cause anticoloniale.

Gisèle Halimi est aussi connue pour avoir défendu en 1960 Djamila Boupacha, militante du Front algérien de libération nationale (FLN, indépendantiste) accusée d’avoir déposé une bombe à Alger, qui a été violée et torturée par des militaires français pour lui arracher des aveux.

La petite-fille de Djamila Boupacha a lu jeudi un message émouvant de sa grand-mère: «tu n’as pas seulement été mon avocate, mais une grande soeur».

Une place à Tunis

Le président tunisien Kais Saied a transmis un message de sympathie, dans lequel il a évoqué notamment le lien «ombilical» de Gisèle Halimi avec son pays natal. Une place sera baptisée de son nom à Tunis ou à la Goulette, a précisé une diplomate tunisienne, présente à la cérémonie.

Le cercueil est sorti du crématorium sous les acclamations des proches et des anonymes, qui ont crié «merci» et même «Gisèle Halimi au Panthéon!»

ATS/NXP