Passer au contenu principal

Ge/Servette ne veut pas s’arrêter maintenant«On va jouer, même à huis clos et sur le lac de Genève s’il le faut»

Alors que les Aigles attendent Berne mardi devant 1000 spectateurs, le président Laurent Strawson veut terminer cette saison, peu importe comment. À Lausanne et à Bienne, on se montre plus mesurés.

Qu’il y ait 2600 personnes comme dimanche ou moins, les Servettiens veulent jouer.
Qu’il y ait 2600 personnes comme dimanche ou moins, les Servettiens veulent jouer.
ERIC LAFARGUE

Faut-il attendre que l’orage passe ou apprendre à danser sous la pluie? Artiste, dramaturge, homme d’État et philosophe, Lucius Annaeus Seneca, alias Sénèque, s’était posé cette question pertinente bien avant le président de Ge/Servette. Laurent Strawson est lui aussi songeur alors que la pandémie fait rage. «Aussi longtemps qu’on nous laissera jouer, on jouera. Que ce soit aux Vernets devant moins de 1000 personnes ou même à huis clos. S’il le faut on ira même sur le «lac de Genève» s’il gèle. Le sportif avant tout.» À moins d’une interdiction des sports de contact au niveau des pros, pour lui, pour le club, pas question d’arrêter le championnat et de vivre une deuxième saison blanche.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.