Passer au contenu principal

Avant le match décisif de mardi soirPar-delà les résultats, la certitude d’un progrès

Après le nul contre l’Espagne samedi (1-1), la Suisse doit battre l’Ukraine mardi soir pour assurer son maintien en première division de Ligue des nations. Elle reste fidèle à ses principes.

Sergio Ramos vient de rater son deuxième penalty face à Yann Sommer. L’Espagne n’égalisera qu’à la 89e, menée au score depuis la 26e minute sur une action d’école d’une Suisse qui ose le jeu.
Sergio Ramos vient de rater son deuxième penalty face à Yann Sommer. L’Espagne n’égalisera qu’à la 89e, menée au score depuis la 26e minute sur une action d’école d’une Suisse qui ose le jeu.
KEYSTONE

On a appelé ça, à tort sans doute, le miracle de Durban. À considérer l’accomplissement cette victoire 1-0 sur l’Espagne, il y a dix ans en Afrique du Sud face au futur champion du monde pour ce qu’il fut réellement, il n’y avait là que des promesses trop fragiles que l’équipe de Suisse ne pouvait pas tenir. La pensée magique n’a pas suffi, l’exploit était sans lendemain. Dix ans plus tard, la sélection helvétique embrasse le paradoxe jusqu’à l’essoufflement. Il y a toujours l’Espagne en face, la victoire n’est plus au rendez-vous, mais autre chose s’écrit. De moins accidentel.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.