Passer au contenu principal

FootballPas de dernier frisson à la Pontaise

Décimé par ses absents, le Lausanne-Sport a quitté sa maison sur une courte défaite contre Lugano (0-1).

Le défenseur luganais Mijat Maric célèbre avec son coéquipier Mickael Facchinetti sous les yeux des Lausannois samedi soir.
Le défenseur luganais Mijat Maric célèbre avec son coéquipier Mickael Facchinetti sous les yeux des Lausannois samedi soir.
KEYSTONE

Le Lausanne-Sport 2.0 a fait son apparition à l’occasion du dernier match du LS à la Pontaise. C’est-à-dire bien plus tôt que prévu. Mais, qu’on rassure tout de suite la frange de supporters vaudois attachés aux racines locales du club, une bonne raison se cachait derrière le choix de lancer trois anciens Niçois en plus de la recrue Rafik Zekhnini au coup d’envoi samedi soir: l'hécatombe d’absents dans les rangs bleus et blancs.

Parmi les plus notables, le capitaine Stjepan Kukuruzovic, le meilleur buteur Aldin Turkes et le très intéressant Joël Monteiro. Brisons le suspense tout de suite: leur manque s’est méchamment fait sentir. Rien de plus logique lorsqu’on parle d’éléments de cette qualité au sein d’une équipe qui fait tout pour donner confiance à ses hommes forts.

Le fait est que Lausanne a déçu pour la première fois de la saison. Non sans circonstances atténuantes, mais c’est tout de même malheureux que la date ait coïncidé avec le jour symbolique du grand départ de l’enceinte qui l’abritait depuis 66 ans.

Face à ce Lugano invaincu depuis juillet, tout est devenu assez rapidement compliqué. Mory Diaw devait effectuer une parade spectaculaire dès la 4e minute sur un envoi d’Alexander Gerndt. Le seul Vaudois qui pouvait avoir le sourire en début de match? Numa Lavanchy. L’occasion de souligner l’excellent début d’exercice du natif de Grandvaux. L’homme avait souvent de la peine à retranscrire sur ses lignes de statistiques ses bonnes performances. Les choses sont en train de s’inverser. Tant mieux pour lui.

Le latéral luganais, ancien joueur du LS, se jouait à merveille d’Elton Monteiro au coin de la surface. M. Horisberger indiquait le point de penalty, pas la moindre contestation était émise et Mijat Maric transformait l’envoi. 0-1.Le Lausanne-Sport a donc dû courir après le score depuis la 11e minute. Pas idéal avec un onze aussi expérimental que ne l’était celui de samedi, composé de deux lignes offensives totalement new look. Evann Guessand a pris place en pointe, devant un trio composé de Lucas Da Cunha, Pedro Brazao et Rafik Zekhnini.

Verdict? Les nouveaux dirigeants n’ont pas menti sur la marchandise. Ces hommes-là savent y faire avec le ballon. Les choses ont cependant été un peu plus laborieuses lorsqu’il a été question de spontanéité pour mettre à mal le bloc tessinois, qui n’a pas son pareil pour conserver un avantage. L’heure n’est évidemment pas à s’affoler, ces jeunes-là méritant d’obtenir le temps de prouver leur valeur.

Quoi qu’il en soit, ce LS n’a pas provoqué un dernier frisson à sa vénérable Pontaise, malgré une immense occasion pour Rafik Zekhnini (52e). De loin la plus grosse du match. Lugano est reparti des Plaines-du-Loup, du brouillard et du froid avec son seul petit but qui lui a garanti les trois points. La suite de l’histoire s’écrira à la Tuilière.

Lausanne-Sport - Lugano 0-1 (0-1)

La Pontaise. Arbitre: Stefan Horisberger.

But: 11e Maric 0-1.

LS: Diaw; Boranijasevic, Loosli, Monteiro, Flo; Schneuwly (88e Tsoungui), Puertas; Da Cunha (75e Hysenaj), Brazao (64e Jenz), Zekhnini (64e Geissmann); Guessand. Entraîneur: Giorgio Contini.

Lugano: Baumann; Lavanchy, Kecskes, Maric, Daprela, Guerrero (93e Facchinetti); Custodio (85e Lungoyi), Lovric, Guidotti (76e Covilo); Gerndt (85e Macek), Odgaard (93e Oss). Entraîneur: Maurizio Jacobacci.

Avertissements: Boranijasevic (49e, jeu dur), Schneuwly (75e, antijeu).