Passer au contenu principal

Interview de Nuria Gorrite«Pas question de sacrifier la culture sur l’autel du Covid»

Alors que les restaurants et les bars pourront rouvrir leurs portes le 10 décembre, le monde de la culture devra encore patienter. La conseillère d’État vaudoise répond aux interrogations des arts vivants, qui se sentent lésés par les décisions du gouvernement.

Nuria Gorrite, conseillère d'État vaudoise.
Nuria Gorrite, conseillère d'État vaudoise.
Florian Cella/24 heures

Les arts vivants se sentent lésés par le déconfinement programmé du gouvernement. Que leur répondez-vous?

Nous travaillons à un déconfinement progressif, par secteur. Il y a évidemment le critère sanitaire: nous devons impérativement baisser les infections et les hospitalisations. Il y a aussi la coordination romande. Nous n’avons pas décidé de rouvrir les cafés-restaurants tout seuls, mais en dialogue avec d’autres cantons pour éviter des déplacements de population. Ma collègue Cesla Amarelle travaille en ce moment avec d’autres représentants cantonaux sur la question d’une réouverture en mode dégradé, voire très dégradé. Je rappelle que le secteur de la restauration doit s’adapter à des restrictions majeures avec des capacités d’exploitations réduites à 30%. On n’est pas encore de retour dans le monde d’avant.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.