Passer au contenu principal

Tribunal de la Broye et du Nord vaudoisPeine ferme pour le caïd payernois

Reconnu coupable de tentative de meurtre, un jeune Broyard écope de trois ans de prison, dont douze mois ferme. Ses coaccusés s’en sortent avec du sursis.

Les trois accusés ont été jugés au Tribunal d'arrondissement de la Broye et du Nord vaudois.
Les trois accusés ont été jugés au Tribunal d'arrondissement de la Broye et du Nord vaudois.
SÉBASTIEN ANEX

«Il s’en est pris à la victime avec une rare violence. Il l’a frappée à coups de poing, puis de pied, à la tête, alors qu’elle était à terre. Seule l’intervention d’un tiers l’a arrêté. Et il a quitté les lieux sans se préoccuper de son état de santé. Par ses faits, il doit être reconnu coupable de tentative de meurtre.» La bagarre à laquelle il a pris part en juin 2020 à Payerne coûtera cher à Enos*. Le président du Tribunal de la Broye et du Nord vaudois et ses juges ont suivi en grande partie le réquisitoire du procureur Jérémie Müller qui réclamait pour lui une peine privative de liberté de 4 ans. Mais c’est au final à une peine privative de liberté de 3 ans qu’ils l’ont condamné. Dont deux avec sursis.

«Il s’en est pris à la victime avec une rare violence.»

Le président du Tribunal de la Broye et du Nord vaudois

La condamnation dont il avait fait l’objet alors que le jeune homme de 23 ans était encore mineur a pesé dans la balance. Les démarches entreprises depuis pour devenir abstinent à l’alcool lui ont tout de même permis d’obtenir un sursis partiel. «De justesse», a précisé le président, soulignant la culpabilité très lourde du Broyard par ailleurs reconnu coupable de lésions corporelles simples et agression.

Récidiviste

C’est que le jeune homme n’en était de loin pas à son coup d’essai ce soir-là. Il avait déjà été entendu par le Ministère public deux fois pour des faits plus ou moins similaires commis à Avenches et Lausanne un peu plus tôt dans l’année. Des bagarres «pas comme les autres, très violentes» – ainsi que l’a souligné un agent de Securitas qui est intervenu lors de l’une d’entre elles – auxquelles ont participé deux amis d’Enos, Avram* (23 ans) et Dusan* (27 ans).

Tous deux ont cependant été condamnés à des peines avec sursis. Pour agression corporelle simple et qualifiée, injures et menaces, le premier écope de 16 mois avec un délai d’épreuve de trois ans. Même peine pour le second, plus ou moins coupable des mêmes infractions. Mais le Franco-Serbe qui vit en France s’est vu également prononcer une expulsion du territoire suisse d’une durée de cinq ans.

*Prénoms d’emprunt

7 commentaires
    Al Kimyâ

    Matthieu, Marc, Luc et Jean sans doute?

    Que peut diable justifier les "*Prénoms d’emprunt" dans le contexte du verdict d'un procès ?!!