Carole Bouquet s’est choisi une île pour fixer ses racines

La rencontreAdo, Genève trompait son ennui. Adulte, elle crée des mondes sur scène et a ressuscité Pantelleria.

La viticultrice et actrice est amoureuse de l'île de Pantelleria, située entre la Sicile et la Tunisie.

La viticultrice et actrice est amoureuse de l'île de Pantelleria, située entre la Sicile et la Tunisie. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Je suis viticultrice, mais aussi une actrice, alors attention!» Carole Bouquet joue cartes sur table: elle n’est accompagnée ni d’un coiffeur ni d’un maquilleur. Malgré cela, elle accepte d’être photographiée, pourvu que la lumière ne soit pas trop crue. Une franchise qui tranche avec les starlettes qui n’avertissent pas, puis viennent effacer les clichés sur l’appareil du photographe. Pas de ça chez Madame Bouquet.

Mais le milieu du cinéma est cruel et elle le sait: elle répond aux premières questions en guettant le flash d’un œil expert. Une fois en confiance, elle parle vite. Raconte avec enthousiasme ses oliviers, ses câpres, et surtout son vin, de Pantelleria, île située entre Sicile et Tunisie. En cette soirée hivernale, elle est à Vevey pour promouvoir son Sangue d’oro.

Professionnelle, elle se plie au jeu des questions malgré les douleurs dont elle souffre depuis une chute sur la tête lors du tournage d’une émission TV. «Je n’aime pas assurer la promotion, mais j’essaie de le faire bien, de donner envie – de voir un film ou de boire mon vin.»

Heureuse en Italie

Différence de taille: «Mon vin, c’est chez moi, ma terre.» Des mots lourds de sens pour celle qui a été élevée par son père puis par des sœurs dominicaines, sa mère étant partie avec un autre homme. «J’ai fait à l’envers: à 40 ans, je suis allée planter mes racines à Pantelleria. Je suis tombée amoureuse de cette terre et de ses obsidiennes noires. L’Italie est le pays où je me sens le plus heureuse. Le mélange de cultures, parfois en mille-feuilles sur les mêmes monuments, me rassure: j’ai l’impression que je viens de là.»

Son amie Isabella Rossellini lui avait vanté ce paradis insulaire, «avec des descriptions folles comme quoi les gens vivaient dans des grottes». Résultat: au fil des années, Carole Bouquet a racheté des terrains à 70 propriétaires. «J’ai remis en état 15 hectares de vignes abandonnées. La taille de ces muscats est devenue patrimoine culturel immatériel de l’humanité fin novembre. Je me suis battue pour.»

Longiligne et de noir vêtue, son collier plastron en or lui donne un air de déesse égyptienne. Resplendissante, Carole Bouquet a démystifié cette beauté dans certains rôles (Trop belle pour toi ou Grosse fatigue). Ne pas être reléguée au «sois belle et tais-toi!» l’a aussi poussée à faire du vin: «Je faisais vinifier chez quelqu’un. Je n’étais pas contente du résultat, mais on m’a rétorqué: «Mêle-toi de ce qui te regarde!» A ce moment, quelque chose a vrillé chez moi. J’ai voulu faire un vin dont je sois totalement fière – que les autres l’aiment ou pas.»

Souvenirs genevois

Pantelleria signifie île du vent. Carole Bouquet a-t-elle laissé guider sa vie par Eole? «Oui. Je n’ai rien organisé, je me suis laissé porter par des rencontres.» Celles, fréquentes, de Godard: «J’aurais pu m’en dispenser. Au contraire, Antonioni me faisait beaucoup rire, avec ses blagues de gamin de 8 ans.» Buñuel, lui est «tombé dessus» alors qu’elle n’avait que 18 ans. Des scènes de Cet obscur objet du désir ont été tournées à Lausanne.

Des souvenirs? «C’était il y a si longtemps! Par contre, je suis très liée à ma tante et mon oncle, Marianne et Marc Bonnant. Ado, venir les trouver à Genève était pour moi le comble de l’exotisme! Des sorties, des moments exquis, en famille, où on mangeait divinement bien. Une vie très joyeuse que je n’avais pas: mon enfance avec mon père austère n’a pas été malheureuse mais ennuyeuse. Je ne la souhaite à personne mais cela permet de rêver.»

Comme une catharsis, Carole Bouquet s’est engagée pour l’enfance maltraitée. «Pendant vingt ans, j’y consacrais la moitié de mes journées – même les nuits quand je tournais. Les dossiers devaient être prêts pour faire du lobbying dans les différents ministères. Alain Juppé m’avait permis de monter un cabinet pluridisciplinaire pendant un an à Matignon. La législation a énormément progressé sous notre impulsion parce que je n’avais pas la patience du politique. Pour moi, il fallait que tout se fasse demain.»

Un exemple: «Une modification dans un hôpital allait prendre un an. Dans mon métier, on construit des villes en trois mois! Je me suis entourée des bonnes personnes et nous l’avons fait en un mois.»

Signe de feu, Madame Bouquet oscille-t-elle entre le tout et le rien? «Absolument et c’est très fatiguant, sourit-elle. Mais c’est mon métier: on invente des mondes. Dans un théâtre, on est protégés de l’extérieur tout en étant dans le réel. Je m’y sens bien.» Un peu comme sur une île? «Absolument. Une île, c’est un fantasme.» (24 heures)

Créé: 15.02.2015, 10h30

En dates

18 août 1957 Naissance à Paris.
1968 Confiée à des sœurs dominicaines.
1975 Premier film, Cet obscur objet du désir (1977) de Buñuel, dont quelques scènes sont tournées à Lausanne.
1977 Passe une année à New York, où elle côtoie Warhol et sa bande. Refuse la pre­mière proposition de contrat pour Chanel.
1981 James Bond girl aux côtés de Roger Moore dans Rien que pour vos yeux.
1982 Naissance de son fils Dimitri.
1985 Signe avec Chanel.
1987 Naissance de son fils Louis.
1990 César de la meilleure actrice pour Trop belle pour toi de Bertrand Blier.
1997 Incarne le rôle-titre dans le film Lucie Aubrac de Claude Berri.
2000 Incarne le rôle-titre dans Bérénice de Racine sur Arte. «Sans doute mon plus grand rôle.»
2011 Devient marraine du festival Autour de Mme de Staël, à Coppet, sur invitation de son oncle, Me Marc Bonnant.
2015 Une heure de tranquillité de Patrice Leconte et tournée de Dispersion, avec Gérard Desarthe, notamment à Genève.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.