Charlotte de Monaco passe à l’attaque

Vie privéeHarcelée depuis l’annonce d’une romance avec Gad Elmaleh, la fille de Caroline lâche son avocat, ex-conseil de Diana, sur les paparazzi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas facile d’être héritière du Rocher. Belle comme une princesse de 25?ans, sans titre, mais pointant au 4e?rang dans l’ordre de succession du trône de Monaco, amoureuse officiellement d’un garçon bien né (le Britannique Alex Dellal, 27?ans), Charlotte Casiraghi a tout pour attirer les paparazzi comme des mouches. Et ces derniers ne s’en privent pas.

Trop c’est trop: au bord de la crise de nerfs, la fille de Caroline de Monaco et de Stefano Casiraghi (décédé en 1990 dans un accident de bateau de course), a lancé mardi ses avocats au pénal à Paris. Entre autres motifs: victime de «violences morales» et de «photomontages».

Changement de rôle, l’écuyère devient chasseresse. Ses proies: les journaux de la presse people. A croire Me Alain Toucas, qui la défend, Charlotte Casiraghi «est suivie sans relâche, jour et nuit, par une dizaine d’individus et/ou de photographes». Outre des «atteintes graves à la vie privée», la nièce du prince Albert II de Monaco porte plainte «sur le fondement de la traque et des filatures dont elle fait l’objet, ainsi que sur le fondement de la violence morale qui lui est faite».

Romance pas drôle

Déclencheur de la contre-attaque: l’annonce d’une romance supposée avec l’humoriste Gad Elmaleh (41?ans). A peine sa séparation d’avec son boyfriend ébruitée par Hello!, la presse people s’est emparée de la rencontre des deux cœurs enflammés au soir du 28 décembre dernier, lors d’une soirée très parisienne où il (ou elle) n’avait d’yeux que pour elle (ou lui).

L’avocat n’a pas de mots assez forts pour plaider la cause de cette championne d’équitation: «Depuis sa naissance, Mlle Charlotte Casiraghi est harcelée par les médias à sensations avec une constance jamais démentie, mais, cette fois-ci, avec un risque et un danger physique incontestable du fait des filatures et des poursuites motorisées.»

Et Alain Toucas de détailler un «enfer quotidien». Pour lui, «ces courses-poursuites à moto et en voiture sont une violence morale et représentent un risque de violence physique gravissime. C’est aussi un risque de mise en danger d’autrui.» Il sait de quoi il parle, il a eu l’«honneur» d’être le conseil de Diana, princesse de Galles. Et, foi d’avocat: «Je n’ai aucune envie de recommencer.»

Créé: 17.01.2012, 21h53

Dossiers

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...