Jackson accusé: «Il disait que c'était de l'amour»

Etats-UnisDeux hommes accusant le chanteur Michael Jackson se sont exprimés devant la célèbre Oprah Winfrey, lundi soir.

De gauche à droite, Wade Robson, Dan Reed et James Safechuck.

De gauche à droite, Wade Robson, Dan Reed et James Safechuck. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux hommes affirmant avoir été agressés dans leur enfance par Michael Jackson ont témoigné lundi soir dans le célèbre talk show d'Oprah Winfrey, expliquant à la présentatrice pourquoi ils avaient gardé le silence si longtemps.

L'entretien a été diffusé sur la chaîne HBO juste après la présentation de la deuxième partie d'un documentaire explosif portant de graves accusations de pédophilie contre le roi de la pop.

«Leaving Neverland», un documentaire de quatre heures réalisé par le Britannique Dan Reed, a terni un peu plus la réputation de Jackson, présenté comme un prédateur sexuel au grand dam de sa famille.

Il a été diffusé en deux parties, dimanche et lundi, aux Etats-Unis.

«Il me disait que c'était de l'amour»

Ce document est centré sur James Safechuck, aujourd'hui âgé de 41 ans, et Wade Robson, 36 ans, qui racontent comment le chanteur les aurait violés de façon répétée. «Il (Michael Jackson) me disait que c'était de l'amour. Il disait m'aimer et que Dieu nous avait réunis. A mes yeux, Michael était Dieu», a raconté Wade Robson, interviewé pendant une heure par la présentatrice vedette, devant un public principalement composé de victimes d'abus sexuels.

Ce n'est pas la première fois que Michael Jackson est accusé de pédophilie. Mais le format du documentaire, avec de longs témoignages précis en caméra, qui se corroborent l'un l'autre, éclaire l'artiste sous une lumière plus crue que jamais.

«Fléau de l'humanité»

Interrogé sur ses motivations et son silence jusqu'à présent, Wade Robson a expliqué que s'il avait témoigné en 2005 en faveur de Michael Jackson -- qui fut alors acquitté des accusations d'abus sexuels --, c'est parce que «si j'avais remis en cause Michael et mon histoire avec lui, il aurait fallu que je remette en cause toute ma vie».

De son côté, James Safechuck a raconté comment la pop star «venait pleurer auprès de toi parce qu'il se sentait si seul. Tu voulais être là pour lui».

Oprah Winfrey, animatrice people mondialement connue qui avait reçu Jackson dans son émission, a qualifié les abus sexuels de «fléau de l'humanité» qui dépasse largement la seule personnalité de l'hôte de Neverland (le nom de son ranch californien).

«La crédibilité des accusateurs est importante»

Les héritiers de Michael Jackson ont réfuté les allégations du documentaire et saisi la justice pour réclamer à HBO 100 millions de dollars au titre de ce qu'ils qualifient d'«assassinat posthume».

«Puisque mon oncle n'est plus là pour se défendre lui-même, la crédibilité des accusateurs est importante. Et Wade et James n'en ont aucune», a tweeté le neveu de la pop star, Taj Jackson, après la diffusion de la première partie de «Leaving Nerverland».

(afp/nxp)

Créé: 05.03.2019, 10h28

Articles en relation

Un film risque de ternir l'image de Michael Jackson

Etats-Unis Un documentaire, qui sort dimanche, livre sans filtre des révélations sur des actes de pédophilie attribués au roi de la pop. Plus...

Une plainte contre le docu sur Michael Jackson

Etats-Unis Les ayants droit du chanteur accusent HBO, qui va diffuser un documentaire sur Michael Jackson, de violer un accord de «non-dénigrement». Plus...

Michael Jackson: un «lynchage public»

Etats-Unis La famille du chanteur s'indigne d'un documentaire qui relance les accusations d'agressions sexuelles contre Michael Jackson. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.