Jacques Higelin, ce fantaisiste survolté

PortraitLe chanteur français, décédé à Paris à l'âge de 77 ans, a rassemblé un public de fidèles grâce à ses chansons, ses concerts et ses coups d'éclat.

Jacques Higelin, ici en 2008.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cheveux hirsutes, silhouette dégingandée, verbe bouillonnant et poétique, Jacques Higelin, disparu vendredi matin à Paris à l'âge de 77 ans, est un pionnier de la chanson rock française, auteur de morceaux de bravoure comme «Champagne» ou «Tombé du ciel».

Né d'une mère belge, cet artiste «enchanteur», auteur, compositeur et interprète a rassemblé un public de fidèles autour de ses chansons et de ses concerts incarnés, durant desquels il improvisait sans relâche, passait du piano à l'accordéon ou la guitare et apostrophait les spectateurs.

Homme de coups de gueule et de coups de coeur, toujours révolté, Higelin évoque dans certaines de ses chansons la société, les sans-papiers ou les difficultés économiques, et s'engage à plusieurs reprises aux côtés des sans domicile fixe.

Alternant ballades aériennes, rock énergique et envolées lyriques, jonglant avec le texte en amoureux des mots, Jacques Higelin a signé au fil du temps quelques-uns des plus grands tubes de la chanson française comme «Champagne» ou «Tombé du ciel», mais aussi «Pars» ou «Tête en l'air».

Né le 18 octobre 1940 à Brou-sur-Chantereine, dans la région parisienne, d'une mère belge et d'un père alsacien, Jacques Higelin quitte l'école à 14 ans. Il grandit en écoutant du jazz et de la chanson, Léo Ferré ou Jacques Brel, et rencontre à la fin des années 50 Henri Crolla, guitariste d'Yves Montand, figure familière de son adolescence.

-Avec Areski et Fontaine

Mais c'est comme comédien qu'il commence sa carrière. Au début des années 60, il s'inscrit au Cours Simon, réputé dans le milieu des acteurs. Il débute au théâtre en 1959 et se lance aussi au cinéma, notamment dans «Bébert et l'Omnibus» d'Yves Robert (1963). Il jouera au total dans une trentaine de films.

Son destin bascule avec une double rencontre décisive au milieu des années 60, celle des musiciens Areski et Brigitte Fontaine, avec lesquels il se produit en trio sous la houlette de Pierre Barouh. C'est l'époque de ses débuts dans la chanson, des communautés et des expériences. En 1965, il sort l'album «Douze chansons d'avant le déluge», enregistré en duo avec Brigitte Fontaine.

En 1974, il amorce un virage rock. Enfant de Charles Trenet et des Rolling Stones, il est un des premiers chanteurs à tenter la synthèse entre le rock et la chanson. Il sort ensuite «Irradié» (1975), «Alertez les bébés» (1976) et «No man's land» (1978). Devenu chanteur rock populaire, il connaît en 1979 un grand succès avec l'album «Champagne pour tout le monde» et son jumeau «Caviar pour les autres...».

L'hommage à Trenet

En 1988, il remporte à nouveau l'adhésion du public avec l'album «Tombé du ciel», pour lequel il s'entoure de musiciens comme Didier Lockwood et William Sheller. L'album, qui se vend à plus de 300.000 exemplaires, est son plus grand succès.

Suivent «Aux héros de la voltige» (1994) et «Paradis païen» (1998), qui marque ses retrouvailles avec Areski. En 2005, il reprend des chansons de Charles Trenet lors d'une tournée, en héritier déjanté et lunaire du «fou chantant».

En 2006, après huit ans sans album de chansons originales, il sort «Amor Doloroso», suivi de «Coup de Foudre» en 2010. Ces albums, pour lesquels il travaille avec l'ex-leader de Kat Onoma, Rodolphe Burger, sont tous deux salués par la critique.

Après «Beau Repaire» paru en 2013, ce poète à la voix brisée, père de trois enfants également artistes, Ken, réalisateur et comédien, Arthur H, chanteur et musicien et la comédienne et chanteuse Izïa sort son 20e et dernier album, «Higelin 75», à l'automne 2016.

Plus libre que jamais sur cet opus, le chanteur installé à Pantin, aux portes de Paris, se permet un morceau-fleuve final de plus de... 21 minutes et, dans «J'fume», clame continuer à «fumer» en attendant «que le fossoyeur me creuse une tombe au Père-Lachaise», cimetière des célébrités à Paris, que «le temps s'arrête et que le ciel me tombe sur la tête».

Des concerts mémorables

Higelin sur scène, c'est la folie qui règne, le temps qui s'étire. Le spectacle est chaque soir unique. En 1973, il fait la première partie du groupe américain Sly & the Family Stone à l'Olympia, salle parisienne mythique. Détonnant avec l'ambiance funk qui monte, il débarque sur scène seul avec un accordéon. Les huées récoltées ne l'impressionnent pas.

Alors qu'il donne une série de concerts au Casino de Paris, en 1983, Higelin s'amuse à épouser chaque soir sa compagne d'alors Kuelan Nguyen. Vietnamienne d'origine, elle est la mère de Kên, son deuxième fils. Pour la petite histoire, elle est aussi la fameuse «China Girl» chantée cette année-là par David Bowie. Qui avait tenté en vain de la séduire sept ans plus tôt, pendant l'enregistrement de l'album d'Iggy Pop «The Idiot», et alors qu'elle accompagnait Higelin au travail sur «Alertez les bébés».

Inspirateur de« Casser la voix»

Les années 80 sont celles des marathons musicaux et des shows démesurés. En 1984, pour «Corde raide et piano volant», il joue sur la place du Trocadéro, en plein Paris. Au-dessus de lui, le funambule Philippe Petit fait des va-et-vient sur un fil.

En 1987, aux Francofolies de La Rochelle, dans l'ouest de la France, Higelin donne tout. Jusqu'à pas d'heure, jusqu'à se casser la voix. Un fan dans le public est ébahi. C'est Patrick Bruel, qui dira avoir écrit son tube «casser la voix» une fois rentré cette nuit-là dans sa chambre d'hôtel.

Incontrôlable à la télévision

Si Higelin compte une trentaine de films en tant qu'acteur, ses performances mémorables face caméra l'ont été à la télévision où il lui arrivait de laisser libre cours à ses délires. En 1991, dans une émission en direct, il prend la parole pour raconter le stress de l'animatrice juste avant l'interview qui les réunit. «Je lui ai dit: compte sur moi pour t'apaiser, te calmer».

L'animatrice tente de reprendre la parole, mais Higelin tape du poing sur la table et, menaçant, crie: «Maintenant, si tu comptes faire l'émission jusqu'au bout avec moi, écoute moi !» «Je suis là pour te protéger contre toutes ces caméras! Qui en veulent à ta peau ! Contre tous ces téléspectateurs qui te désirent, à tort et à travers», hurle-t-il ensuite debout, l'oeil noir mais sourire en coin, avant de saluer le public.

Sur le plateau de l'émission populaire Taratata, en 1994, l'animateur Nagui est vite débordé. Au lieu de répondre aux questions, Higelin s'agenouille entre les jambes de l'animateur, grimace devant la caméra, se promène dans le public, déclame du Racine avec Brigitte Fontaine... (afp/nxp)

Créé: 06.04.2018, 12h31

Articles en relation

Le chanteur Jacques Higelin est mort

France Le célèbre chanteur français Jacques Higelin est décédé à l'âge de 77 ans. Il laisse derrière lui de nombreuses chansons inoubliables. Plus...

Trente-sept ans au coeur du Festival de jazz de Montreux

PORTRAIT Philippe Morier-Genoud a commencé son travail bénévole en 1979, et doit beaucoup à Jacques Higelin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Macron et la France bloquée. Paru le 21 avril 2018.
(Image: Valott) Plus...