Stephan Eicher: «Recevoir ce prix est gênant»

MusiqueLe chanteur suisse sera récompensé vendredi aux 13es Swiss Music Awards mais estime que la musique ne doit pas fonctionner comme le sport.

Dans une interview avec Keystone-ATS, le musicien se confie sur ses 40 ans de carrière sur scène et sur ce prix.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chanteur suisse Stephan Eicher, qui sera récompensé vendredi pour l'ensemble de sa carrière aux 13es Swiss Music Awards, se montre critique vis-à-vis de l'événement. Mais «j'accepte volontiers le prix et je dirai certainement 'merci'».

«Ce sera un remerciement honnête», car il y a beaucoup de gens à qui il le doit, précise dans un entretien à l'agence de presse Keystone-ATS l'artiste bernois, qui célèbre cette année ses 40 ans de scène. «Mais, pour moi, c'est un peu gênant».

Stephan Eicher estime que la musique ne doit pas fonctionner comme le sport. «Je pense que c'est une idée stupide de la hiérarchiser comme un concours», explique-t-il. «Ce n'est pas pour cela que je fais de la musique». De plus, poursuit-il, le prix est financé par l'industrie du disque, qu'il ne tient pas en haute estime.

Une «Chilbi Revue»

Le chanteur n'a cependant pas toujours eu la même opinion. Lors du lancement des Swiss Music Awards, il considérait qu'il était important que la musique suisse fasse l'objet d'une attention particulière. «J'apprécie l'idée, mais je rejette ce qui en est advenu».

Il se rendra à Lucerne vendredi pour recevoir son prix pour deux raisons. Tout d'abord, il se réjouit que la soirée soit présentée par l'artiste américano-suisse Hazel Brugger. Lorsqu'il a entendu que la satiriste «mènerait la soirée comme un bus dans un mur, je me suis dit: 'Là, je veux être dans la pièce'».

Il a également été séduit par la promesse qu'il serait autorisé à se produire la veille des Swiss Music Awards avec le programme de son choix. Il a donc prévu une «Chilbi Revue» le 27 février au KKL de Lucerne avec la participation des chanteurs Sophie Hunger, Tinu Heiniger, Heidi Happy et Bonaparte, ainsi que de l'écrivain Martin Suter.

Cette soirée servira de base à ses deux concerts des 3 et 4 juin au musée national suisse à Zurich. «Je vais présenter quelque chose qui n'est pas très suisse, un peu exagéré», raconte M. Eicher. «Plus, c'est plus. La Suisse l'oublie parfois». (ats/nxp)

Créé: 26.02.2020, 12h52

Articles en relation

Philippe Djian: «J'aurais pas pu écrire pour un autre que Stephan Eicher»

Nouvel album de Stephan Eicher A l'occasion de la sortie de «Homeless Songs», écrit par le romancier, l'AFP s'est glissée dans une conversation téléphonique entre les deux hommes. Plus...

Le litige entre Stephan Eicher et Universal continue

Musique L'artiste suisse accuse la maison de disque de ne pas l'avoir suffisamment payé, selon la presse dominicale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.