Affaire Gayet: deux responsables de «Closer» condamnés

Photos voléesDeux responsables de Closer ont été chacun condamnés mardi à une amende avec sursis de 3000 euros pour avoir publié le 17 janvier une photo volée de l'actrice Julie Gayet au volant de sa voiture.

Julie Gayet gagne une manche contre <i>Closer</i>

Julie Gayet gagne une manche contre Closer Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les photos avaient été volées une semaine après les fracassantes révélations sur sa liaison avec François Hollande.

Le paparazzi, reconnu par le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) comme l'auteur du cliché ce mardi 2 septembre, s'est vu condamner à une amende avec sursis de 1000 euros.

«La décision est importante», s'est félicité Me Jean Ennochi, avocat de Julie Gayet. «C'est la première fois que les dirigeants de Closer sont condamnés par une juridiction correctionnelle dans ce dossier et cela va figurer sur leur casier judiciaire».

La rédaction et la direction de Closer ainsi que l'éditeur du magazine se sont refusés à faire tout commentaire après le verdict.

Elle s'estimait «traquée»

L'hebdomadaire avait publié dans son édition du 17 janvier un cliché légendé: «C'est avec sa Citroën blanche que Julie Gayet a l'habitude de retrouver le président». L'actrice, s'estimant «traquée» depuis la révélation de sa liaison avec le chef de l'Etat, avait alors saisi la justice.

Elle avait tout de même pu identifier un paparazzi de 47 ans comme l'auteur de la photo. «Je n'arrivais pas à m'en débarrasser», avait-elle déclaré aux enquêteurs, évoquant «une course-poursuite».

Le photographe avait reconnu à l'audience, le 1er juillet, avoir suivi la comédienne «pour avoir des informations», mais avait démenti l'avoir photographiée.

Cette décision n'est pas la première dans le conflit qui oppose Julie Gayet au magazine «people». Le 27 mars dernier, Closer a été condamné au civil à verser à l'actrice 15'000 euros de dommages et intérêts pour avoir diffusé les fameuses images de la rue du Cirque, tout près de l'Elysée. Une enquête a par ailleurs été ouverte à Paris pour «mise en danger de la vie d'autrui».

Deux semaines folles

«Closer» avait révélé le 10 janvier la liaison entre l'actrice et le président français. Après deux semaines de folie médiatique, François Hollande avait annoncé le 25 janvier sa séparation d'avec Valérie Trierweiler, officiellement sa compagne depuis 2007.

Actrice discrète, Julie Gayet, blonde élancée et nature, a joué depuis vingt ans dans plus de 70 films, de la comédie romantique au thriller en passant par le drame, toujours dans des seconds rôles.

(afp/nxp)

Créé: 02.09.2014, 15h29

Galerie photo

L'affaire Hollande-Gayet

L'affaire Hollande-Gayet La vie du président français a basculé entre le 10 janvier 2014, révélations de Closer, et le 25 du même mois, où il a annoncé sa séparation avec Valérie Trierweiler.

Articles en relation

Julie Gayet saura mardi si la justice lui donne raison

France Julie Gayet a-t-elle été «traquée» en raison de sa liaison avec François Hollande? Un paparazzi et des responsables de «Closer», poursuivis au pénal par l'actrice, seront fixés sur leur sort mardi. Plus...

Hollande dément les rumeurs de mariage avec Julie Gayet

Mise au point Le président français François Hollande a balayé lundi soir la rumeur qui bruisse ces dernières semaines sur un éventuel mariage avec l'actrice Julie Gayet le 12 août prochain. Plus...

Julie Gayet veut officialiser sa relation avec Hollande

France L'actrice Julie Gayet «met la pression» au président François Hollande pour qu'il officialise leur relation. Plus...

Le procès Closer-Gayet retrace la traque de l'actrice

«Juliegate» Le procès opposant Julie Gayet au magazine Closer s'est déroulé aujourd'hui devant le tribunal de Nanterre pour «atteinte à l'intimité de la vie privée». Plus...

L'affaire Gayet/«Closer» rebondit mardi devant la justice

France Le conflit opposant Julie Gayet à Closer, qui a révélé sa liaison avec François Hollande, rebondit sur le terrain pénal: quatre personnes comparaissent mardi pour «atteinte à l'intimité de la vie privée». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.