Passer au contenu principal

FranceAffaire Hollande-Gayet: Voici est condamné

Le magazine people a été reconnu coupable de la publication de photos volées de François Hollande et sa compagne.

Julie Gayet sera indemnisée pour des photos volées d'elle et de François Hollande, prises à l'Elysée et publiées dans le magazine Voici. (Mardi 5 juillet 2016)
Julie Gayet sera indemnisée pour des photos volées d'elle et de François Hollande, prises à l'Elysée et publiées dans le magazine Voici. (Mardi 5 juillet 2016)
AFP
Le PDG de Prisma Media, Rolf Heinz, sera jugé le 5 juillet 2016 pour avoir diffusé les clichés volés à l'Elysée. (mardi 7 juillet 2016)
Le PDG de Prisma Media, Rolf Heinz, sera jugé le 5 juillet 2016 pour avoir diffusé les clichés volés à l'Elysée. (mardi 7 juillet 2016)
AFP
François Hollande et Julie Gayet se rencontraient dans un appartement situé à deux pas de l'Elysée à la rue du Cirque, dans le 8e arrondissement de Paris.
François Hollande et Julie Gayet se rencontraient dans un appartement situé à deux pas de l'Elysée à la rue du Cirque, dans le 8e arrondissement de Paris.
Google Street View
1 / 13

Le directeur de publication de l'hebdomadaire Voici a été condamné mardi à 1500 euros d'amende pour avoir publié en 2014 des clichés volés du couple Hollande-Gayet dans l'enceinte de l'Elysée. L'affaire avait suscité une mini-crise au sein du palais présidentiel.

Le tribunal correctionnel de Nanterre a également condamné Rolf Heinz, reconnu coupable d'«atteinte à l'intimité de la vie privée par fixation ou transmission de l'image d'une personne», à payer un euro de dommages et intérêts à Julie Gayet, conformément à sa demande. Voici devra en outre publier un communiqué judiciaire en première page.

«François Hollande et Julie Gayet... à l'Elysée!», clamait en une le magazine people dans son édition du 21 novembre 2014, ajoutant: «Depuis le début de leur liaison, on ne les avait jamais vus ensemble!»

Qui? Depuis où?

À l'appui des gros titres, des clichés de mauvaise qualité montraient François Hollande et sa compagne sur la terrasse des appartements présidentiels. L'actrice, dont on devinait les traits, apparaissait de dos ou de trois quarts, face au chef de l'Etat.

Julie Gayet avait porté plainte et des craintes sur la sécurité présidentielle avaient émergé: qui avait pris ces photos? Depuis quel endroit?

L'enquête avait démontré que les images avaient été captées de l'intérieur, sans toutefois permettre de confondre leur auteur. Quelques jours après leur publication, cinq membres du personnel de l'Elysée affectés au «service privé» du chef de l'Etat, susceptibles de les avoir prises, avaient été mutés à d'autres postes.

ats/afp

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.