Passer au contenu principal

L’ancien médecin de Michael Jackson fait appel

Conrad Murray estime que les procureurs n’ont pas prouvé que Michael Jackson était sous perfusion de propofol le jour de sa mort suite à une surdose de ce puissant sédatif, en juin 2009.

L’ancien médecin de Michael Jackson a fait appel lundi de sa condamnation pour homicide involontaire. Pour Conrad Murray, les procureurs n’ont pas prouvé que le roi de la pop était sous perfusion de propofol le jour de sa mort suite à une surdose de ce puissant sédatif, en juin 2009.

Dans un dossier d’appel de 231 pages monté par ses avocats à Los Angeles, il avance également le fait que le premier juge avait écarté un témoignage crucial utilisé dans sa condamnation en novembre 2011.

«Le jury n’a pas été en mesure d’apprendre que quand Jackson est mort, il devait 40 millions de dollars au promoteur de concerts AEG, il y avait plus de 30 poursuites en justice contre lui et il devait des millions de dollars» au fisc américain, peut-on lire dans le dossier.

Les procureurs ont dit que Murray, aujourd’hui âgé de 60 ans, avait mis Michael Jackson sous perfusion intraveineuse de manière continuelle et l’avait laissé seul et sans surveillance, lorsque la star a fait un arrêt respiratoire.

Appel prévisible

Mais selon son avocate, Valerie Wass, le Dr Murray tentait alors de sevrer le chanteur pendant trois jours. Il ne lui avait donné qu’une injection de 25 milligrammes de propofol pour l’aider à dormir.

Cet appel était prévisible. Il survient avant le début imminent du procès du promoteur de concerts AEG, auquel la mère et les enfants de la star défunte réclament des milliards de dollars pour la négligence d’avoir mandaté le Dr Murray pour surveiller la santé de Michael Jackson décédé le 25 juin 2009 à l’âge de 50 ans, dans sa maison de Los Angeles.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.