Passer au contenu principal

PharmaL'entrepreneur honni écope de 7 ans de prison

L'entrepreneur pharmaceutique surnommé «l'homme le plus détesté d'Amérique» a été de nouveau condamné vendredi.

Image d'archive. «L'homme le plus détesté d'Amérique» (pour avoir fait explosé le prix d'un médicament) est condamné pour fraude et manipulation d'actions.
Image d'archive. «L'homme le plus détesté d'Amérique» (pour avoir fait explosé le prix d'un médicament) est condamné pour fraude et manipulation d'actions.
Keystone

L'entrepreneur provocateur, surnommé «l'homme le plus détesté d'Amérique» pour avoir fait exploser le prix d'un médicament, a été condamné vendredi à sept ans de prison. Martin Shkreli avait été reconnu en août coupable de fraude sur titres et de manipulation d'actions.

Depuis son arrestation en décembre 2015, l'affaire a été riche en rebondissements, alimentant la réputation d'imprévisibilité et d'arrogance du personnage de 34 ans. En septembre, il avait offert une récompense de 5000 dollars pour une mèche de cheveux d'Hillary Clinton. La juge avait alors révoqué sa liberté sous caution.

Après cinq semaines de procès, il avait été condamné en août de fraude sur les titres de deux fonds d'investissement alternatifs (hedge funds) dont il était le gérant, MSMB Capital Management et MSMB Healthcare Management, et d'avoir utilisé illégalement les actions du laboratoire pharmaceutique qu'il avait fondé, Retrophin, pour renflouer les deux fonds.

Mais il avait été relaxé des cinq autres chefs d'accusation, y compris un des plus graves, concernant sa volonté supposée d'avoir voulu tromper les investisseurs.

Un «menteur compulsif»

La juge avait annoncé le 5 mars que l'homme aurait aussi à rembourser quelque 7,36 millions de dollars (7 millions de francs) aux autorités fédérales: une somme que les autorités pourraient récupérer en saisissant certains de ses biens, y compris un Picasso et l'unique exemplaire d'un album du mythique groupe de rap new-yorkais Wu-Tang Clan «Once Upon a Time in Shaolin».

L'accusation, qui le présentait comme un menteur compulsif, avait réclamé un minimum de 15 ans de prison, arguant du manque de remords et de son obsession pour l'auto-promotion, notamment via les réseaux sociaux. Ces derniers mois, il avait notamment multiplié les messages provocants ou bizarres.

Mais l'homme doit sa notoriété à la multiplication par 55 - de 13,5 à 750 dollars la pilule - du prix du médicament Daraprim, utilisé contre le paludisme et le sida, par sa société, Turing Pharmaceuticals, en 2015.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.