Il tente de voler une vidéo de Nabilla: 3 mois avec sursis

FRANCELe faux policier qui avait tenté de récupérer des vidéos de l'hôtel où séjournaient Nabilla et Thomas a été condamné à 3 mois de prison avec sursis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il voulait participer au «buzz»: la justice a condamné, mardi 20 janvier, à 3 mois de prison avec sursis un homme qui s'était fait passer pour un policier pour tenter de récupérer des vidéos de surveillance de l'hôtel où la starlette Nabilla s'était disputée avec son petit ami.

Jeans-baskets et physique imposant, à la barre, l'usurpateur de 35 ans, au RSA, dit avoir agi pour l'argent mais pas seulement. «Je voulais peut-être associer mon nom» à l'affaire Nabilla. Et d'analyser, devant le tribunal correctionnel de Nanterre qui le jugeait pour escroquerie: «c'est limite du voyeurisme».

Ebullition médiatique

L'histoire débute le 12 novembre en pleine ébullition médiatique après l'arrestation de la vedette de téléréalité Nabilla, soupçonnée d'avoir poignardé son petit ami Thomas Vergara lors d'une dispute dans un appart-hôtel de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Le prévenu téléphone à la responsable de l'établissement en se présentant comme un membre de la police judiciaire des Hauts-de-Seine, chargée de l'enquête.

A l'époque, elle est en lien constant avec la police. Alors quand le «brigadier Lemoine» demande à visionner les images de vidéosurveillance, comme d'autres (vrais) enquêteurs avant lui, la responsable n'est pas surprise.

«Compte tenu des besoins de l'enquête, ça me semblait plausible», affirme-t-elle.

Petit problème technique...

La gérante lui donne ses codes d'accès confidentiels permettant de visionner à distance les vidéos, celles montrant Nabilla et son petit ami blessé à l'arrivée de la police et des pompiers. Le brigadier fournit à cet effet une adresse mail - lemoine.judiciaire@gmail.com. Problème: les fichiers ne s'ouvrent pas.

L'interlocuteur rappelle et insiste. Prise de doute, la responsable contacte la police judiciaire, qui confirme: pas de Lemoine dans l'enquête Nabilla. «Depuis je suis au placard», raconte, très affectée, la gérante, qui a obtenu 2000 euros (2023 francs) de dommages et intérêts pour son préjudice moral.

En contact avec Closer ?

Le faux policier avait été interpellé quelques jours plus tard, trahi par le portable avec lequel il avait passé des appels ainsi qu'une commande pour un téléviseur Darty...

A la barre, ce père de deux enfants résidant à Brétigny-sur-Orge (Essonne) jure avoir été manipulé par un mystérieux commanditaire, en contact avec le magazine people Closer pour vendre les images.

Un certain «Michel», rencontré à l'occasion d'une transaction pour un téléviseur sur le site leboncoin.fr. Le jour de la vente, pas de téléviseur. Mais, un peu plus tard, l'homme lui fait une proposition: 2000 euros (2023 francs) pour passer «quelques coups de fil», «sans risque» à l'hôtel. Une version qui n'a pas séduit le tribunal.

Le procureur de la République avait demandé «une courte peine d'emprisonnement» et 1500 euros (1517 francs) d'amende à l'encontre du trentenaire, «animé par l'esprit de lucre».

Surenchère de vidéos et photos volées

L'arrestation de la starlette de 22 ans, mise en examen pour «tentative de meurtre», a déclenché un emballement sur les réseaux sociaux et dans la presse people. Closer a diffusé des photos de son compagnon à l'hôpital.

Deux jours plus tard, Voici publiait des clichés de la vedette durant sa garde à vue. Deux semaines après, Closer réitérait avec une vidéo de la jeune femme en détention, pour laquelle une enquête préliminaire a été ouverte par le Parquet de Versailles.

Nabilla Benattia a été remise en liberté le 18 décembre, après cinq semaines de détention provisoire. (afp/nxp)

Créé: 20.01.2015, 20h46

Articles en relation

Nabilla a trouvé refuge chez sa grand-mère à Annemasse

Justice Après sa sortie de prison, la starlette a pris le chemin de la Haute-Savoie selon le magazine «Public». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.