Passer au contenu principal

Mariage royal«C'est quand même sacrément pénible»

Windsor est en effervescence à l'approche du mariage royal, un remue-ménage qui n'est pas du goût de tous ses habitants.

Windsor, commune du comté du Berkshire, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Londres, est habitué à recevoir les touristes, venus visiter l'imposant château médiéval, résidence de la famille royale britannique. Mais le flot s'est sévèrement accentué cette semaine, à l'approche des noces du prince Harry et Meghan Markle, tandis que les rues se sont ornées de barrières et que les médias du monde entier installent leurs équipements sous l’œil vigilant des patrouilles de police.

«C'est quand même sacrément pénible», estime Michael Mannix, qui déguste une pinte, cigarette à la main, à la terrasse d'un pub. «Tous mes bus vont arrêter de circuler», peste cet homme de 71 ans, déplorant les restrictions à la circulation imposées dès jeudi matin. «Et ça déborde partout de camions de télévisions», maugrée-t-il encore, pointant le car-satellite d'une chaîne de télévision irlandaise. «Je n'apprécie pas spécialement la famille royale», prend-il le soin de préciser. «Je ne viendrai pas en ville samedi. Je vais plutôt jardiner.»

A 77 ans, Marjorie Thomas prévoit elle aussi de rester chez elle le jour du mariage mais pour d'autres raisons. «Ce sera une atmosphère incroyable, électrique mais je préfère regarder ça devant ma télévision. Je sais ce que c'est d'être dans la foule», explique-t-elle. Elle se réjouit néanmoins de voir que l'attention se focalise sur sa ville. «C'est un coup de pouce fantastique, beaucoup de touristes vont venir. Les journaux ne parlent que de Windsor, c'est bien, plutôt que ça se passe à Londres.»

«Unique dans une vie»

Sur la Grande promenade, l'avenue bordée d'arbres menant au château, qui sera empruntée samedi par le carrosse des jeunes mariés, deux jeunes mamans se baladent, poussant leurs landaus.«Nous sommes venues humer l'atmosphère», avance Sarah Parsons. «C'est un événement unique dans une vie.»

«Mais nous ne viendrons pas le jour J», complète son amie Jilly Goodwin. «Avec les petits... ça va être l'empoignade». Sarah Parsons juge que, comme elle, la plupart des habitants de Windsor devraient rester chez eux samedi et regarder le mariage à la télévision.

Entre les arbres, la promenade est désormais agrémentée de portiques sur lesquels sont installés des caméras, de studios de télévision temporaires, de buvettes, de marchands de glaces et de journalistes américains au look très sérieux. «C'est vraiment amusant», juge Jilly Goodwin. «C'est agréable de regarder ces gens, de voir autre chose que les habituels autocars de touristes.»

«Débarquement de commères»

Pour les habitants ayant leur logement sur l'itinéraire qu'empruntera samedi le carrosse de Meghan et Harry juste après leur mariage, ces noces constituent même une aubaine financière. Certains ont loué au prix fort des chambres aux médias étrangers désireux de commenter, filmer ou photographier la procession des jeunes mariés.

Aux endroits les plus prisés, les fans de la famille royale les plus minutieux ont déjà commencé à camper, dans leur tenues aux couleurs de l'Union Jack, le drapeau britannique. Mais cette débauche de moyens commence à en agacer certains, lassés de voir les chiens de la police et les photographes de presse pointer leur nez à tous les coins de rue.

«C'est le plus grand débarquement de commères», estime Bill Rawling, 71 ans, assis à un arrêt de bus. «Le Palais de Buckingham est conçu pour ça, pourquoi venir ici?», s'énerve-t-il. «C'est grotesque. Au supermarché, il y avait un gars qui prenait des photos des sandwiches, un autre des journaux. C'est ridicule.» Il déplore également les dépenses publiques engendrées par l’événement, notamment en matière de sécurité. «Tout cela va coûter les yeux de la tête», rumine-t-il. Et ce ne sont pas les touristes qui vont le payer».

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.