Trierweiler obtient 12'000 euros de «Closer»

Vacances à MauriceHasard du calendrier judiciaire, l'actrice Julie Gayet réclame jeudi plus de 50'000 euros à Closer pour violation de sa vie privée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le magazine people Closer a été condamné jeudi par le juge des référés de Nanterre (Hauts-de-Seine) à payer 12'000 euros de dommages et intérêts à Valérie Trierweiler pour un article du 7 février sur ses vacances à l'Ile Maurice.

Le juge des référés du tribunal de grande instance de Nanterre a également condamné le magazine à la publication de la condamnation en couverture sous astreinte de 1500 euros par jour de retard, selon une ordonnance.

L'ex-Première dame de France, Valérie Trierweiler, avait assigné le magazine, propriété de Mondadori magazines France, le 14 février, pour «atteinte à sa vie privée et au droit à l'image» et demandait 50'000 euros en réparation de son préjudice moral.

En maillot de bains

Le 7 février, Closer publiait une article de 4 pages accompagné de photos, annoncé en Une du magazine avec la mention Exclusif, sous le titre: «Valérie Trierweiler, au soleil, elle prend sa revanche».

Selon l'article, accompagné de sept photos de l'ex-compagne de François Hollande en maillot de bains, elle aurait «choisi de se laver de toutes les blessures et de tous les affronts dans les flots turquoises de l'océan Indien», après sa rupture avec le président, dont la liaison avec Julie Gayet avait été révélée par Closer.

«Le préjudice moral causé par cette publication est d'autant plus fort qu'elle exploite la période difficile que traverse Mme Massoneau (Valérie Trierweiler) à la suite de sa séparation d'avec M. Hollande», affirme l'ordonnance. «Le nombre des photographies prises manifestement au téléobjectif, et le détail de ses activités livré au public, révèlent que celle-ci a fait l'objet d'une surveillance intrusive par un photographe», ajoute le texte, dénonçant un «article litigieux, annoncé par un titre racoleur» qui montre Valérie Trierweiler «dans une intimité corporelle qu'elle n'a pas choisi de rendre publique».

A l'audience du 27 février, le magazine avait fait valoir que Valérie Trierweiller «est une personne publique particulièrement rompue aux médias», en soulignant «sa complaisance régulière à l'égard des médias qu'elle utilise pour exposer sa vie privée et qui a suscité une curiosité légitime du grand public».

(afp/nxp)

Créé: 06.03.2014, 13h39

Articles en relation

Julie Gayet lance son offensive judiciaire contre Closer

«Juliegate» Julie Gayet demande réparation au magazine pour «violation de sa vie privée». L'audience doit débuter à 14 heures au tribunal de grande instance de Nanterre. Plus...

Hollande et Trierweiler, la nuit blanche avant le scoop

Gayet gate Deux journalistes du Monde racontent dans les détails la nuit blanche qu'ont passée à l'Elysée François Hollande et ses conseillers la veille de la parution du scoop de Closer. Plus...

Valérie Trierweiler va attaquer «Closer»

France Valérie Trierweiler a annoncé qu'elle allait déposer une plainte pour «atteinte à la vie privée» contre le magazine people, qui publie des photos de l'ex-compagne de François Hollande en maillot de bain à l'île Maurice. Plus...

La justice enquête sur les photos de «Closer»

Plainte de Julie Gayet Selon Le Monde, l'actrice Julie Gayet porte plainte contre le magazine people pour «atteinte à la vie privée» après que Closer a publié le 17 janvier des photos d'elle au volant de sa voiture. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.