Coup de feu: Alain-Fabien Delon implore le pardon de son père

GenèveAlain-Fabien Delon a accordé sa première interview au magazine VSD. Il donne pour la première fois sa version des faits sur l'affaire qui avait fait scandale l'été dernier à Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le fils cadet d'Alain Delon, tout juste majeur, a accordé sa première interview au magazine people français VSD afin d’évoquer ses rapports avec son père. Il revient également sur la dramatique soirée organisée dans son appartement de Genève en juin 2011. L'affaire avait défrayé la chronique, une jeune fille ayant été blessée par un coup de feu.

«Je suis inculpé pour lésions corporelles par négligence. Je serai jugé pour ça, sans doute avant la fin de l'année» explique Alain-Fabien Delon. Sans tabou, il se remémore la fête qu'il avait organisée dans l'immense appartement de son père. L'un de ses amis, en fouillant sa chambre, a trouvé une arme de collection (un 7.65) et a voulu «jouer» avec, sans savoir qu'une balle se trouvait dans le chargeur. «Le coup de feu est parti. Une jeune fille a été blessée à l'abdomen.»

«Je n'ai pas cherché à fuir»

Mais, contrairement à ce qui a été dit, Alain-Fabien affirme qu'il n'est pas le tireur et nie avoir tenté de fuir ou de cacher quoi que ce soit: «Au contraire. C'est moi qui ai appelé la police et les pompiers.»

Le jeune homme se dit profondément désolé pour cet accident et toutes ses pensées vont à cette fille qu'il ne connaissait même pas. «Elle s'en est sortie, elle est vivante mais elle garde des séquelles, raconte-t-il au magazine français. C'était un accident, et la connerie, ma connerie, c'est évidemment d'avoir rapporté un flingue en Suisse.» Néanmoins, il explique qu'il a été «élevé avec des armes» et invoque les nombreux films où son père en porte pour expliquer que «c'est peut-être un truc de famille».

A son père, justement, Alain-Fabien tient à faire passer un message: «Excuse-moi, papa, pour toutes les conneries du passé. Je ne suis plus un gamin, je voudrais que tu me considères comme un adulte. Laisse-moi te montrer, laisse-moi te prouver que tu peux me faire confiance. Tu ne le regretteras pas. Je ne te décevrai pas. Parlons-nous, vraiment, entre hommes.»

Créé: 02.08.2012, 15h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.