Passer au contenu principal

Hollande fait le ménage dans son «service privé»

Cinq membres du «service privé» du président français François Hollande ont été mutés suite à l'affaire des photos volées de Hollande et Gayet.

Julie Gayet sera indemnisée pour des photos volées d'elle et de François Hollande, prises à l'Elysée et publiées dans le magazine Voici. (Mardi 5 juillet 2016)
Julie Gayet sera indemnisée pour des photos volées d'elle et de François Hollande, prises à l'Elysée et publiées dans le magazine Voici. (Mardi 5 juillet 2016)
AFP
Le PDG de Prisma Media, Rolf Heinz, sera jugé le 5 juillet 2016 pour avoir diffusé les clichés volés à l'Elysée. (mardi 7 juillet 2016)
Le PDG de Prisma Media, Rolf Heinz, sera jugé le 5 juillet 2016 pour avoir diffusé les clichés volés à l'Elysée. (mardi 7 juillet 2016)
AFP
François Hollande et Julie Gayet se rencontraient dans un appartement situé à deux pas de l'Elysée à la rue du Cirque, dans le 8e arrondissement de Paris.
François Hollande et Julie Gayet se rencontraient dans un appartement situé à deux pas de l'Elysée à la rue du Cirque, dans le 8e arrondissement de Paris.
Google Street View
1 / 13

«Cinq membres du personnel qui étaient jusqu'à présent affectés au service privé du président de la République sont en cours de réaffectation au sein du service de l'intendance», a-t-on appris vendredi 28 novembre auprès de la présidence, confirmant partiellement des informations du site internet du quotidien Libération.

L'hebdomadaire Voici avait publié une semaine plus tôt trois photos de François Hollande et de l'actrice Julie Gayet prises, selon le magazine, «courant octobre», où on les voit assis à une table «sur la terrasse des appartements présidentiels» de l'Élysée. Selon Libération, l'enquête, menée par la gendarmerie, en charge de la sécurité du Palais, n'a pas permis de confondre l'auteur de la photo.

Pour autant, il a fallu à peine 24 heures à l'entourage du chef de l'Etat pour comprendre que la photo avait bien été prise avec un téléphone portable depuis les appartements privés du président et que le ou la photographe amateur faisait partie du personnel affecté au «service privé» de François Hollande, poursuit le journal.

Toujours selon Libération, quatre des cinq collaborateurs mutés avaient été embauchés par Nicolas Sarkozy. L'entourage du président Hollande voit dans cette affaire de photos volées la confirmation qu'une ou plusieurs taupes informaient depuis deux ans Nicolas Sarkozy et son entourage, de certains faits et gestes de François Hollande, ajoute-t-il.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.