Jennifer Lawrence dénonce un «crime sexuel»

Photos dénudéesL'actrice américaine raconte pour la première fois publiquement son choc et sa colère après avoir découvert que des photos privées d'elle, dénudée, avaient été piratées et circulaient sur les réseaux sociaux.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C'est mon corps, cela devrait être mon choix, et le fait que ce ne soit pas mon choix est absolument dégoûtant», a déclaré Jennifer Lawrence au magazine Vanity Fair, dont l'édition de novembre sort mercredi 8 octobre en ligne. «Je ne peux même pas croire que nous vivons dans un tel monde», ajoute-t-elle.

«Ce n'est pas un scandale, c'est un crime sexuel», estime la comédienne. «C'est une violation sexuelle. C'est dégoûtant. Il faut changer la loi, et nous devons changer. C'est pour cela que ces sites internet sont responsables». «Le fait que je sois un personnage public, le fait que je sois une actrice ne veut pas dire que j'ai demandé ça», souligne-t-elle encore.

Jennifer Lawrence était l'une des actrices visées par ce piratage de photos privées, récupérées sur iCloud, les comptes de stockage à distance d'Apple. Ces photos ont été diffusées en deux vagues, fin août et mi-septembre.

«Cela me dépasse tellement»

Parmi les autres victimes ont été citées notamment Avril Lavigne, Gabrielle Union, Hayden Panettiere, Hilary Duff, Jenny McCarthy, Kate Upton, Kate Bosworth, Mary-Kate Olsen et Kim Kardashian.

«Le simple fait que quelqu'un soit sexuellement exploité et violé, et la première idée qui vient à l'esprit de certains est d'en faire un profit. Cela me dépasse tellement. Je ne peux pas imaginer être détachée à ce point de l'humanité», insiste Jennifer Lawrence.

La comédienne explique aussi avoir «eu peur. Je ne savais pas comment cela allait affecter ma carrière». Ces photos avaient été prises à l'origine pour son petit ami de l'époque qui vivait loin, précise-t-elle. Après avoir découvert les fuites, elle a eu envie d'écrire un communiqué. «Mais tout ce que j'essayais d'écrire me faisait pleurer ou me mettait en colère».

Google attaqué?

Plus d'une dizaine de célébrités de Hollywood victimes de ces fuites ont menacé d'attaquer Google en justice, l'accusant de ne pas avoir fait assez pour les arrêter.

Dans une récente lettre à Google publiée par la revue spécialisée Hollywood Reporter, Marty Singer, l'un des plus puissants avocats de stars, a averti qu'il envisageait de demander pour ces célébrités plus de 100 millions de dollars de dommages et intérêts.

(afp/nxp)

Créé: 07.10.2014, 18h11

Articles en relation

Photos dénudées: les stars menacent Google

ETATS-UNIS Les célébrités dont des photos dénudées ont été piratées et diffusées ont menacé d'attaquer Google en justice. Plus...

Clichés de vedettes dénudées: le FBI élargit son enquête

Etats-Unis Alors que de nouvelles photos de célébrités dénudées ont été publiées sur Internet ce week-end, le FBI incite les victimes à contacter les autorités. Plus...

De nouvelles photos intimes de stars diffusées sur internet

Cybercriminalité Un grand nombre de photos intimes de stars dénudées avaient été diffusées très largement sur internet voici quelques semaines suite au piratage de leurs comptes personnels Plus...

Les photos volées de stars nues seront exposées

PIR(ART)AGE Un artiste connu sous le nom de XVALA a annoncé une exposition constituées de plusieurs photos piratées de stars américaines dénudées en Floride. Plus...

Photos dénudées: les stars menacent les pirates

Etats-Unis Après que des clichés de célébrités dénudées ont fait le tour des réseaux sociaux, les stars ont fait part de leur indignation et de leur volonté d'engager des poursuites. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.