Julie Gayet s'interroge sur son avenir d'actrice

CannesJulie Gayet se sent «plus utile en ce moment» dans la production, où elle multiplie les projets, a-t-elle confié pendant le festival de Cannes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je me pose beaucoup de questions sur mon métier d'actrice. Plein d'amis me disent 'il faut que tu continues à jouer', mais je ne sais pas», explique Julie Gayet. «Je joue moins depuis quelques années, je m'en suis rendue compte, peut-être parce que ça me prend beaucoup de temps. J'ai l'impression d'être plus utile en ce moment chez Rouge international», la maison de production qu'elle co-dirige, ajoute l'actrice.

Cette année à Cannes, Julie Gayet représente à la fois Rouge et Ezekiel Productions, une nouvelle maison de production montée par le banquier et homme d'affaires libanais Antoun Sehnaoui. «On n'a pas de parts, c'est sa société mais on s'en occupe pour lui», précise-t-elle. Objectif: «Soutenir un cinéma d'auteur, intelligent mais qui peut toucher le grand public, plutôt des films en langue anglaise et sur l'international», affirme la productrice.

Ezekiel Productions est ainsi partenaire des producteurs de «Sils Maria» d'Olivier Assayas, qui concourt pour la Palme d'or, ou encore du film de Diana Gaye «Des Etoiles», qui vient de recevoir le Prix France Culture Cinéma à Cannes. Ezekiel va par ailleurs coproduire le prochain projet du réalisateur libanais de l'«Attentat», Ziad Doueiri, «d'envergure internationale qui est absolument magnifique».

«C'est un peu excessif»

Concernant l'avenir du cinéma français, Julie Gayet se dit «optimiste». Mais «j'ai l'impression que le cinéma français s'accroche beaucoup à ce qui existe déjà. Or sur le numérique il suffit de lire le rapport Lescure (sur l'adaptation des politiques culturelles au numérique, ndlr). La sensation parfois, c'est de voir l'orchestre du Titanic jouer alors que le bateau coule», lâche-t-elle.

A cet égard, «j'ai trouvé très bien que Wild Bunch (qui a produit »Welcome to New York«, inspiré par l'affaire DSK, ndlr) fasse cette expérience de sortir directement un film sur les plateformes numériques à Cannes», estime-t-elle. «C'est un peu excessif, mais c'est une vraie expérience, on va voir ce que ça va donner».

Son coup de cœur à Cannes? «J'ai vu 'Party Girl' que j'ai trouvé magnifique, j'étais bouleversée, j'ai pleuré comme une madeleine», confie-t-elle. Julie Gayet a également vu «Bande de filles» de Céline Sciamma. «J'essaie de voir des films de femmes, parce que je fais un documentaire sur les femmes».

(afp/nxp)

Créé: 20.05.2014, 13h37

Articles en relation

Julie Gayet aurait quitté François Hollande

Révélation Selon le magazine «Gala» mercredi, l'actrice aurait mis un terme à sa relation avec le président français. Plus...

Julie Gayet obtient la condamnation de «Closer»

Affaire Hollande-Gayet Le magazine people Closer a été condamné jeudi à payer 15'000 euros de dommages et intérêts à Julie Gayet pour «atteinte à la vie privée». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...