Passer au contenu principal

Braquage à ParisKardashian entendue par la juge française à New York

L'enquête autour du vol de bijoux à Paris dont à été victime la starlette se poursuit. Une audition a été menée aux Etats-Unis.

La compagnie d'assurance de Kim Kardashian réclame à son ancien garde du corps 6,1 millions de dollars pour avoir failli à son contrat qui était de protéger la star de téléréalité. (4 octobre 2018)
La compagnie d'assurance de Kim Kardashian réclame à son ancien garde du corps 6,1 millions de dollars pour avoir failli à son contrat qui était de protéger la star de téléréalité. (4 octobre 2018)
archive/photo d'illustration, Keystone
Un homme suspecté d'avoir participé en 2016 au braquage de Kim Kardashian a été remis en liberté. (Mardi 12 septembre 2017)
Un homme suspecté d'avoir participé en 2016 au braquage de Kim Kardashian a été remis en liberté. (Mardi 12 septembre 2017)
AFP
La jeune femme aime mettre en scène sa vie privée sur les réseaux sociaux.
La jeune femme aime mettre en scène sa vie privée sur les réseaux sociaux.
AFP
1 / 28

La vedette de la télé-réalité américaine Kim Kardashian a été entendue jeudi à New York par la juge française chargée de l'enquête sur le braquage qu'elle a subi début octobre à Paris pour lequel neuf suspects sont sous les verrous, a-t-on appris de source judiciaire.

Cette audition sous le statut de victime a duré plusieurs heures, a indiqué la source. Kim Kardashian avait déjà été entendue par les services de police lors de son dépôt de plainte, immédiatement après les faits, dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016.

Cinq braqueurs avaient neutralisé le veilleur de nuit dans l'hôtel particulier du centre de Paris où séjournait la star, puis deux d'entre eux, masqués et portant des blousons siglés police, étaient montés dans l'appartement de Kim Kardashian.

Coup de filet en France

Après avoir sorti une arme et avoir ligoté et bâillonné la victime, ils étaient repartis avec un butin en bijoux évalué à neuf millions d'euros.

L'enquête avait conduit à un vaste coup de filet en France début janvier qui a abouti à l'inculpation (mise en examen) de dix suspects, dont neuf placés en détention provisoire. Agés de 54 à 72 ans, les cinq braqueurs identifiés par les enquêteurs sont de vieilles connaissances de la justice et de la police. Quatre ont déjà été condamnés aux assises dans les années 1980 ou 1990 pour vol aggravé, braquages ou trafic de stupéfiants.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.