Mathieu Kassovitz jugé pour «injures publiques»

FranceA Paris, l'acteur et réalisateur français Mathieu Kassovitz a comparu pour un tweet injurieux envers la police.

Mathieu Kassovitz avait insulté les policiers dans un tweet, en 2017.

Mathieu Kassovitz avait insulté les policiers dans un tweet, en 2017. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour la première fois, en dépit de ce que son avocat qualifie de propension au «persiflage», Mathieu Kassovitz, 51 ans, se retrouve au tribunal pour ce qu'il a dit. Ni son «J'encule le cinéma français», ni ses doutes sur la «version officielle» des attentats du 11 septembre 2001 ne l'y avait conduit.

Son «bande de bâtards» lancé à l'adresse de la police, dans un tweet raillant une opération antidrogue dans un hôpital psychiatrique de Nantes, lui a valu la plainte de 17 agents. Chacun réclame 3000 euros de dommages et intérêts.

«Bande de bâtards»

Mathieu Kassovitz n'a pas «la haine» contre les policiers, traités de «bande de bâtards» dans un tweet en 2017. Jugé jeudi à Paris pour «injures publiques», l'acteur et réalisateur a défendu une simple «raillerie» face à «la vantardise» de la Sécurité publique.Le réalisateur du film devenu culte «La Haine» réagissait à une publication de la

Direction départementale de la Sécurité publique de Loire-Atlantique, faisant état des résultats d'une opération de sécurisation et de recherche de stupéfiants à l'hôpital psychiatrique Saint-Jacques, lors de laquelle 24 policiers avaient été mobilisés et 7 grammes de résine de cannabis découverts dans la chambre d'un patient.

«Bande de bâtards. 7g !!! 24 policiers !!!!! Vous êtes une belle bande de bon à rien @Police nationale» (sic), avait tweeté Mathieu Kassovitz, s'attirant la colère de syndicats policiers.

Inutile «vantardise»

Le préfet Eric Morvan, directeur général de la police nationale, avait exprimé son «soutien» envers les policiers de Nantes ayant déposé plainte, ajoutant que «le commentaire est libre, bien sûr, mais l'insulte inutile».

A l'audience, Mathieu Kassovitz justifie une réaction outrée face à une inutile «vantardise» - «franchement, ils ont mobilisé 24 personnes pour obtenir 7g dans la chambre d'un patient qui n'attend que le soir pour fumer son petit joint pour éviter de prendre des médocs» -, mais affirme n'avoir pas voulu «blesser» des policiers qu'il «respecte».

Le tribunal remarque tout de même qu'il a ensuite tweeté des excuses «pour les insultes». L'acteur se désole de la «susceptibilité» des policiers, affirme que lui subit «des violences policières» depuis qu'il a 25 ans.

«Il faut que les policiers respectent les jeunes»

Depuis «La Haine», il utilise le langage et l'image «pour faire réagir», pour «rétablir une discussion entre le citoyen et la police». «Avec mes amis, on se bat pour que les jeunes respectent la police, mais pour ça, il faut que les policiers respectent les jeunes.» Ses amis se comptent autant dans les banlieues de Paris que parmi les gradés de la police ou à la DGSE, où le succès de son rôle d'espion du «Bureau des Légendes» en a fait une sulfureuse icône.

Les avocats des policiers, parties civiles, ont eux dénoncé, au travers du terme «bâtard», une «invective grossière et violente» à l'encontre d'agents de terrain confrontés à la «violence sans aucune retenue». Jugement le 19 septembre. (ats/nxp)

Créé: 23.05.2019, 20h46

Articles en relation

Kassovitz jugé pour un tweet injurieux

France L'acteur et réalisateur Mathieu Kassovitz avait traité la police de «bande de bâtards» dans un tweet. Il comparaît devant la justice ce mercredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.