Passer au contenu principal

Les médecins rivalisaient pour soigner Michael Jackson

Selon l'ex-femme et mère des enfants de Michael Jackson, les médecins faisaient de la surenchère pour prescrire au roi de la pop des médicaments dès les années 1990.

Les médecins «rivalisaient» entre eux pour soigner Michael Jackson au début des années 90, n’hésitant à faire de la surenchère pour lui prescrire les anti-douleurs qu’il réclamait, a déclaré mercredi l’ex-femme du chanteur devant un tribunal de Los Angeles.

Debbie Rowe, la mère des enfants aînés du «roi de la pop», a déclaré lors du procès opposant le clan Jackson au promoteur de concerts AEG que le chanteur avait «une tolérance à la douleur très faible» et que plusieurs médecins lui prescrivaient les analgésiques Demerol, Dilaudid, Percodan et Vicodin.

«Sa peur de la douleur était incroyable», a déclaré l’ancienne infirmière de 54 ans, mariée à Michael Jackson de 1996 à 1999. Debbie Rowe est un témoin du groupe AEG, à qui le clan Jackson réclame plus d’un milliard de dollars pour négligence.

Pas assez de précautions

Selon la famille de la star, AEG n’a pas pris les précautions nécessaires en embauchant le Dr Conrad Murray pour veiller sur la santé du chanteur, décédé le 25 juin 2009 d’une surdose de l’anesthésiant propofol, qu’il utilisait comme somnifère. Le Dr Murray, qui a reconnu avoir fourni le propofol au chanteur, purge actuellement une peine de quatre ans de prison pour homicide involontaire.

Le groupe AEG, qui produisait la série de concerts que devait donner le "roi de la pop" à Londres, l’été de sa mort, a toujours assuré qu’il n’avait pas embauché le Dr Murray et essaie de prouver que Michael Jackson est décédé à cause de sa dépendance aux médicaments.

Debbie Rowe a essuyé quelques larmes en affirmant que les médecins, "ces idiots", avaient profité de son ex-mari, en prescrivant des anti-douleurs très puissants pour des traitement bénins, au lieu de lui donner de l’aspirine.

Mais le chanteur «écoutait les docteurs» et «les croyait bêtement», a-t-elle ajouté. Debbie Rowe avait connu Michael Jackson alors qu’elle travaillait chez le docteur Arnold Klein, un célèbre dermatologue de Beverly Hills qui traitait le chanteur pour de l’acné.

L’ancienne infirmière, qui élève aujourd’hui des chevaux, a assuré qu’avant le début de la tournée «Dangerous», en 1992, elle avait mis au point un programme de sevrage aux anti-douleurs pour Michael Jackson, dont elle était devenue la confidente.

«Je lui ai retiré (ses médicaments) et je lui ai dit qu’il ne les prendrait plus», a-t-elle déclaré. Mais selon elle, ses efforts ont été ruinés par un médecin de la tournée, David Forecast.

«Forecast était encore un de ces docteurs qui n’a pas fait passer (l’intérêt de Michael Jackson) en premier, en tant que patient et être humain,» a-t-elle déploré. Le docteur "lui faisait du mal, au lieu de l’aider". Debbie Rowe a également déclaré qu’au moment de son divorce -- à l’amiable -- avec le "roi de la pop", elle lui avait lancé, en forme de boutade: "Je te laisse la garde des médecins. Sois gentil avec eux".

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.