Le prince William stoppe sa courte carrière de pilote

Royaume-UniLe fils aîné de Charles a passé deux ans à voler au secours de victimes pour le compte d'un organisme caritatif.

Aux commandes de son hélicoptère, le prince William aura été le témoin «d'horribles tragédies».

Aux commandes de son hélicoptère, le prince William aura été le témoin «d'horribles tragédies». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le prince William, 2e dans l'ordre de succession à la couronne britannique, abandonne ce jeudi son métier de pilote d'hélicoptère-ambulance pour se consacrer pleinement à son rôle de prince. Il va notamment seconder sa grand-mère, la reine Elizabeth II.

Après deux années à voler au secours de victimes de crises cardiaques et autres malades pour le compte de l'organisme caritatif «East Anglian Air Ambulance» (EAAA), basé à Cambridge, le prince entre véritablement dans sa fonction de prince.

Aux commandes de son hélicoptère, le fils aîné de Charles, âgé de 35 ans, aura été le témoin «d'horribles tragédies», selon ses dires. Il devait terminer son service ce jeudi après une astreinte de nuit.

Sa décision intervient alors que la reine Elizabeth II et son époux, le duc d'Edimbourg, prennent du recul à l'égard de leurs obligations royales pour laisser la jeune génération occuper le terrain.

Des missions difficiles

Dans une tribune du quotidien régional «Eastern Daily Press», William est revenu sur sa courte carrière de pilote pour saluer les équipes médicales qu'il a transportées à bord de son hélicoptère depuis l'aéroport de Cambridge.

Comme pilote, il a dû poser son appareil dans des jardins de résidence, des terrains scolaires ou sur des plages pour répondre à des urgences, raconte-t-il. Il se souvient notamment «d'une journée incroyablement dure» où il a été appelé pour un homme qui venait de se suicider. Une expérience qui l'a renforcé dans sa détermination à attirer l'attention sur les problèmes de santé mentale, une cause dont il s'est fait le héraut avec son épouse Kate et son frère Harry.

Conséquence de son retrait, lui, Kate et leurs deux enfants, George et Charlotte, devront quitter leur demeure de Anmer Hall, dans le Norfolk, dans l'est de l'Angleterre, un cadeau d'Elizabeth II où ils résidaient à l'année, pour leur résidence londonienne du palais de Kensington, avait déjà annoncé le palais en janvier dernier. (ats/nxp)

Créé: 27.07.2017, 08h11

Articles en relation

William, Kate et Harry recrutent sur Linkedin

Royaume-Uni Le couple princier et le prince Harry se cherchent un nouvel attaché de presse via une petite annonce sur le réseau social. Plus...

Ils ont parlé avec Diana le jour de sa mort

William et Harry Les fils de Lady Diana se souviennent, dans un documentaires, des derniers mots échangés avec leur mère au téléphone. Plus...

Kate et William en mission diplomatique à Berlin

Allemagne Après la Pologne, le couple princier est arrivé à Berlin, 2e étape d'une tournée européenne destinée à atténuer l'effet du Brexit. Plus...

«Brexit diplomacy tour» de William et Kate

Pologne Le couple princier britannique tentera de redorer en Pologne et en Allemagne l'image du Royaume-Uni assombri par le Brexit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...