Ronaldinho n'est pas candidat d'extrême droite

BrésilUn parti d'extrême-droite brésilien a démenti, vendredi, les rumeurs selon lesquelles le footballeur serait leur candidat à un poste de sénateur.

Image prétexte.

Image prétexte. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le parti brésilien d'extrême droite Patriota a démenti vendredi tout accord avec Ronaldinho, au lendemain de l'annonce par un journal local que l'ex-star du football allait briguer un siège au Sénat sous les couleurs de cette formation. «Il n'y a aucun accord entre le parti et Ronaldinho pour le lancement d'une éventuelle candidature de ce dernier au Sénat» pour les élections générales d'octobre, a indiqué le parti dans un communiqué.

Jeudi soir, le site du journal O Globo annonçait un accord entre le Ballon d'or 2005 et Patriota prévoyant sa candidature au Sénat pour l'Etat de Minas Gerais (sud-est), où il a remporté en 2013 la Copa Libertadores avec l'Atlético Mineiro.

Le quotidien expliquait que Ronaldinho devrait officialiser son inscription en tant que membre du parti en mars, en même temps que Jair Bolsonaro, sulfureux député d'extrême droite qui s'est hissé au deuxième rang des sondages pour l'élection présidentielle.

«Un mensonge»

L'entourage de M. Bolsonaro a démenti tout rapprochement avec le joueur. «C'est un mensonge qui s'est propagé», a indiqué à l'AFP une source proche de M. Bolsonaro, parfois surnommé le «Donald Trump brésilien» et connu pour ses dérapages homophobes et son apologie de la dictature militaire (1964-1985).

L'article du O Globo montrait une photo de Ronaldinho souriant, un livre de Jair Bolsonaro entre les mains, aux côtés de Gutemberg Fonseca, présenté comme le vice-président de Patriota, qui aurait invité l'ancien joueur à rejoindre cette formation.

Dans son communiqué, le parti précise que M. Fonseca «n'est plus vice-président de Patriota en raison d'une décision personnelle prise il y a quelques semaines».

«La porte est ouverte»

Le président de Patriota, Adilson Barroso, a expliqué à l'AFP que des contacts avec Ronaldinho avaient pu être noués par des membres du parti «au niveau local», sans confirmer un quelconque accord. «Il n'est pas membre de notre parti, mais la porte est ouverte, ce serait un honneur de l'avoir parmi nous», a-t-il ajouté.

Champion du monde en 2002 avec la Seleçao, Ronaldinho, a fait les beaux jours du PSG et du FC Barcelone, remportant notamment la Ligue des Champions avec le club catalan en 2006.

À 37 ans, le Brésilien n'a pas encore annoncé officiellement sa retraite sportive, même s'il n'a plus disputé que des matches de gala ou amicaux depuis sa dernière expérience au Fluminense, en 2015.

S'il devait vraiment se lancer dans la politique, Ronaldinho suivrait les traces d'autres anciens cracks du football brésilien comme Romario, sénateur depuis 2015, ou Bebeto, député de l'État de Rio de Janeiro depuis 2011. (afp/nxp)

Créé: 15.12.2017, 23h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Les dons d'organes ont augmenté, paru le 17 janvier 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...