Passer au contenu principal

Divorce de Tom CruiseLa Scientologie dément surveiller Katie Holmes

L'Eglise de scientologie a démenti des informations de presse affirmant qu'elle avait organisé la surveillance de Katie Holmes et de sa fille après que l'actrice américaine eut demandé à divorcer de Tom Cruise.

Katie Holmes s'est installée à New York avec sa fille après avoir demandé le divorce.
Katie Holmes s'est installée à New York avec sa fille après avoir demandé le divorce.
ARCHIVES, AFP

Gary Soter, avocat travaillant pour la Scientologie, a également démenti des informations selon lesquelles l'acteur souhaitait que la fillette de six ans, Suri, rejoigne la «Sea Organization», décrite comme un camp d'entraînement de la Scientologie.

«Il n'y aucune vérité dans les informations publiées par (le site) TMZ.com, ou par qui que ce soit d'autre affirmant que l'Eglise de scientologie a envoyé quelqu'un pour faire suivre ou surveiller Katie Holmes», a affirmé Me Soter dans un courriel envoyé lundi soir.

«L'affirmation selon laquelle une fillette de six ans rejoindrait la Sea Org est également fausse», a ajouté l'avocat.

Déménagement à New York

Katie Holmes craint que la Scientologie ne la considère désormais comme une menace. L'Eglise aurait mis en place une équipe spéciale, composée d'hommes «mystérieux» et de véhicules, pour la prendre en filature, selon le site TMZ qui cite des sources proches de l'actrice.

Cette dernière redoute également que Tom Cruise ne tente d'attirer leur fille dans la Sea Org. Le site internet spécialisé dans l'actualité des célébrités ajoute que Katie Holmes est en désaccord avec Tom Cruise concernant l'initiation de leur fille à la Scientologie.

Katie Holmes s'est installée à New York après avoir demandé le divorce. Depuis ce week-end, camions de télévision et paparazzis campent devant l'immeuble de Manhattan sur la 7e avenue où elle a emménagé.

Tom Cruise devait fêter mardi, sans sa femme, son 50e anniversaire sur un tournage en Islande, selon une interview qu'il avait accordée au magazine Playboy en mai.

ats/afp

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.