Passer au contenu principal

Trump donne à Kim l'envie de devenir avocate

Touchée par sa mission de bons offices menée auprès du président américain, Kim Kardashian étudie le droit pour devenir avocate.

La star américaine de téléréalité Kim Kardashian suit actuellement un stage au sein d'un cabinet d'avocats et prévoit de passer le barreau de Californie en 2022, a-t-elle déclaré dans une interview au magazine Vogue, publiée mercredi.

Agée de 38 ans et forte de 134 millions d'abonnés sur Instagram, elle a expliqué avoir été incitée à étudier le droit après avoir intercédé auprès de Donald Trump pour obtenir la grâce d'Alice Marie Johnson.

Cette femme de 63 ans était en prison depuis plus de 20 ans, après sa condamnation, en 1996, à la réclusion criminelle à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, pour sa participation à un vaste trafic de stupéfiants dans la région de Memphis (Tennessee).

Une semaine après avoir reçu Kim Kardashian, le président américain avait gracié Alice Marie Johnson, début juin 2018.

«Je pourrai faire davantage»

Kim Kardashian raconte avoir été conviée, en une autre occasion, à la Maison Blanche pour participer à un groupe de travail sur le système des grâces et libertés conditionnelles.

«Je me suis dit que je voulais me battre pour les gens qui ont payé leur dette envers la société», a-t-elle expliqué à Jonathan Van Meter, qui l'a interrogé pour Vogue, dont elle fait la Une du numéro de mai. «Et si j'en sais plus, je pourrai faire davantage.»

Les études d'avocat sont normalement réservées aux étudiants titulaires de l'équivalent d'un Master (bachelor degree) aux Etats-Unis.

Or Kim Kardashian n'a jamais été diplômée de l'université californienne Pierce, où elle s'était inscrite à l'issue de ses études secondaires mais qu'elle a quittée prématurément.

Mais quelques Etats américains, dont la Californie, permettent d'étudier le droit au sein d'un cabinet d'avocats puis de passer le concours, après quatre années.

Kim Kardashian effectue donc son stage depuis l'an dernier dans un cabinet de San Francisco et ambitionne de passer le barreau en 2022.

En attendant, elle explique s'intéresser aux cas d'autres détenus qui demandent leur libération anticipée.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.