Passer au contenu principal

Portrait de Christian DugonPépiniériste dans l’âme, il forge les vins de demain

Le vigneron-paysan des Côtes de l’Orbe teste depuis trente ans les cépages résistants créés à Changins. Et il excelle.

Christian Dugon profite de la crise du Covid-19 pour rénover son lieu d’accueil, dans l’ancienne cave collée au rocher sur lequel repose la maison familiale.
Christian Dugon profite de la crise du Covid-19 pour rénover son lieu d’accueil, dans l’ancienne cave collée au rocher sur lequel repose la maison familiale.
Vanessa Cardoso

Bofflens n’évoque en rien un village viticole. Pourtant, nichée derrière l’église, la cave de Christian Dugon voit défiler de fins dégustateurs. Le vigneron-paysan des Côtes de l’Orbe (et de Bonvillars) a fait sa place parmi les plus grands du pays et inscrit le Nord vaudois sur la carte des vins de restaurants réputés. Mieux: il est l’un des pionniers des nouveaux cépages.

Cette laudatio ne fera pas bomber le torse au Vaudois, dont chacun loue la modestie. Au mieux, elle provoquera ce petit sourire malin qui a sillonné le coin de ses yeux. Droit dans ses grandes bottes en plastique, le colosse sait ce qu’il vaut, mais ne s’en vante pas. Seul signe ostensible d’excellence: l’affichette Gault&Millau des 125 meilleurs vignerons de Suisse 2019 placardée sur sa porte. Sa place parmi les douze vignerons d’Arte Vitis en est une preuve plus discrète. «Lorsqu’on a fondé ce groupe en 2001, on s’est demandé qui était novateur, se souvient Louis-Philippe Bovard. Cruchon a proposé son nom, le seul du Nord. Aujourd’hui, il reste l’un des plus innovants. J’admire sa démarche authentique.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.