Passer au contenu principal

BiodiversitéPerles rares pour l’écologie

Les espèces peu répandues remplissent des fonctions originales et donc essentielles à l’équilibre de leur écosystème. Elles sont pourtant très menacées.

«Naruto», macaque noir femelle qui a utilisé ici le matériel de prise de vues du photographe David Slater, appartient à une espèce rare essentielle pour la régénération des forêts indonésiennes.
«Naruto», macaque noir femelle qui a utilisé ici le matériel de prise de vues du photographe David Slater, appartient à une espèce rare essentielle pour la régénération des forêts indonésiennes.
David J Slater

Quel est le point commun entre le ouistiti à tête jaune, le renard volant de Nouvelle-Calédonie et le tamarin à manteau doré? La simple évocation de leur nom donne envie de se ruer sur Google pour découvrir à quoi ressemblent ces étonnants animaux. Ils appartiennent surtout à des espèces rares. Rares d’un point de vue démographique, mais écologique aussi, car tous remplissent des fonctions uniques, ce qui les rend particulièrement précieux pour l’environnement.

Les espèces rares jouent souvent un rôle beaucoup plus important qu’on ne l’imagine dans le maintien de l’équilibre d’un écosystème. Les conséquences de leur disparition n’en seraient que plus catastrophiques. C’est le cri d’alerte lancé par un groupe de chercheurs qui se sont attelés à réaliser une sorte de «profilage» de ces espèces à l’échelle de la planète. Leurs travaux viennent de faire l’objet d’une publication dans la revue «Nature Communications». L’occasion pour eux d’insister sur la nécessité de mieux tenir compte de ces animaux dans les programmes de conservation.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.