Passer au contenu principal

Prix littéraire romandPhilippe Rahmy est honoré à titre posthume

Le Grand Prix C.F. Ramuz 2020 revient au poète et romancier genevois disparu en 2017, à 52 ans.

Philippe Rahmy est décédé alors qu’il était en résidence à la Fondation Michalski. Il avait 52 ans.
Philippe Rahmy est décédé alors qu’il était en résidence à la Fondation Michalski. Il avait 52 ans.
KEYSTONE

Il y a trois ans s’éteignait Philippe Rahmy. Il avait 52 ans. La puissance de ses écrits a décidé le jury du Grand Prix C.F. Ramuz à remettre pour la première fois cette distinction à un auteur romand à titre posthume. «Jusqu’ici, le prix a toujours été attribué à une personne vivante et avec une carrière prolifique, or ça nous semblait essentiel d’y inclure Philippe Rahmy», remarque Dylan Roth, secrétaire de la Fondation Ramuz.

«L’écriture de Philippe Rahmy était à la fois singulière et solaire»

Le jury du Prix C.F. Ramuz

«Dans des textes qui questionnent de façon systématique les liens entre le corps et le langage, Philippe Rahmy a su mettre en lien l’essence du récit et de la poésie en développant une écriture aussi forte qu’habitée», a souligné le jury composé de professionnels de l’écrit, saluant une voix «singulière et solaire, à la fois parfaitement ancrée et empreinte d’une ouverture vers le monde et d’une empathie rare».

Allemand par sa mère, Franco-Égyptien par son père, l’auteur né en 1965 à Genève était revenu sur ses origines dans «Monarques» (Éd. La Table Ronde). Avant, il avait marqué le monde littéraire avec son «Béton armé» (2013), récit d’un voyage à Shanghaï. Il avait ensuite obtenu le Prix suisse de littérature pour «Allegra» (2016). «Pardon pour l’Amérique», récit-enquête dans l’Amérique de Trump, est sorti à titre posthume en 2018. Car, même s’il souffrait de la maladie des os de verre, le poète et romancier au chapeau a parcouru la planète.

Le Grand Prix C.F. Ramuz a été créé en 1955, cinq ans après la mort de l’écrivain vaudois, et est décerné tous les cinq ans. Il a notamment consacré Philippe Jaccottet, Alice Rivaz, Nicolas Bouvier ou Catherine Safonoff.

Une cérémonie est prévue le vendredi 20 novembre à l’Octogone, à Pully. La distinction sera remise à l’Association des amis de Philippe Rahmy, qui fait vivre son œuvre depuis 2018.