Passer au contenu principal

NouveautéPolestar s’annonce comme concurrent direct de Tesla

Cette nouvelle marque haut de gamme, créée par Volvo, lance son premier modèle 100% électrique.

La Polestar 2, 100% électrique, annonce une autonomie de 470 km (norme WLTP).
Polestar 2
La Polestar 2, 100% électrique, annonce une autonomie de 470 km (norme WLTP).
Polestar

La marque Polestar est apparue en 1996, créée par Volvo et chargée de la préparation des véhicules ultraperformants du constructeur suédois. Il faut attendre 2017 pour que ce département se mue en constructeur indépendant, propriété à 50% de Volvo et à 50% de la firme chinoise Geely, qui a la mainmise sur Volvo. Cette mutation se concrétise par le lancement d’un premier modèle, le Polestar 1, coupé 2+2 hybride rechargeable, développant 600 ch. Il est produit depuis 2019 dans l’usine chinoise de Chengdu.

Cette première approche débouche sur une nouvelle politique illustrée par la création de la Polestar 2, dont la commercialisation débutera à la fin de l’année. Le constructeur décide de ne plus produire que des véhicules électriques, luxueux, à l’autonomie élevée. Il se place de facto en concurrence directe avec Tesla.

Une stratégie de conquête

Ce modèle est basé sur la même plate-forme que la Volvo XC40 et est également produit en Chine. Il sera suivi d’ici à deux ans par la création d’un SUV revisité. Le début d’un processus de développement visant à conquérir des marchés qui sont principalement séduits par Tesla et convoités par les marques haut de gamme (Jaguar, Mercedes, BMW).

Les Suédois se lancent un défi difficile: créer une véritable notoriété grâce à des véhicules qui n’ont rien à envier à ceux de la concurrence. Si la Polestar 2 sort de la même usine chinoise que la 1, sa conception se veut européenne. Tant en termes de design que de technologie, l’ADN de Volvo est omniprésent.

Ce modèle intègre d’ailleurs l’essentiel des systèmes de sécurité développés par les ingénieurs suédois. L’habitacle est «habillé» de matériaux de qualité, parfois recyclés. On jouit d’un confort douillet grâce à des sièges bien dessinés et une suspension au filtrage d’une grande efficacité. Le conducteur dispose d’un affichage numérique doublé d’un impressionnant écran central et vertical.

Deux moteurs électriques

La Polestar 2 est dotée de deux moteurs électriques, un par essieu, offrant ainsi une traction intégrale. Ils développent chacun 150 kW, pour une puissance totale de 408 ch et un couple maximum de 660 Nm. Ils sont alimentés par une batterie lithium-ion de 78 kWh. Les performances sont au niveau des ambitions de la marque: vitesse de pointe de 205 km/h et accélération de 0 à 100 km/h en 4,7 secondes.

Les ingénieurs ont choisi la technologie de la pédale unique. Le véhicule peut se conduire en n’utilisant que l’accélérateur. Trois modes sont proposés. Les deux premiers activent un freinage régénératif plus ou moins prononcé. Dès que le pied se relève, la voiture ralentit et s’arrête tout en rechargeant la batterie. Le troisième mode désactive le système. À l’usage, en particulier en ville, on apprend vite à utiliser le principe de la régénération. La position lente exige une pression plus (trop?) forte que l’intermédiaire. Cette dernière est idéale et permet une conduite vraiment relaxante.

Reste à estimer l’autonomie de cette Polestar 2. En normes WLTP, elle est annoncée à 470 km. Chargée au maximum, le tableau de bord indique 430 km. Un chiffre plus conforme à la réalité et qui évolue avec précision en parallèle avec le compteur kilométrique. Un atout de plus pour cette suédoise aux yeux bridés.