Le colonel vit ses passions à Mach 1

PortraitIan Logan, directeur général de Lausanne 2020.

Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ian Logan nous a donné rendez-vous dans le quartier de la Cité. Parce que c’est là que le directeur général de Lausanne 2020, les Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver, a embrassé pour la première fois Madeleine, son épouse. C’est aussi là qu’il a suivi son gymnase et passé des soirées mémorables avec ses amis. Lorsqu’il enchaî­nait les petits boulots, il y a développé son sens du service, au bar du Lapin Vert. Avec la fierté d’avoir réalisé le record de bières vendues lors du Festival de la Cité. Et lorsqu’il court les 20 km de Lausanne, il ressent toujours la même émotion de retrouver la cathédrale.

Après les meetings, les JO de la jeunesse

Rayonnant et dynamique, ce jeune quinqua croque la vie et les défis à pleines dents. Quitte à enchaîner les projets d’envergure. Après les meetings AIR04 et AIR14, le colonel EMG s’attaque à un challen­ge de portée mondiale. Celui des JO de la jeunesse. «J’ai toujours été un pas­sionné des Jeux. J’ai lu tout ce que je pou­vais trouver sur ce thème et sur Pierre de Coubertin. En 2007, j’ai obtenu un MBA à Genève dont le thème était précisément les JO en Suisse. Je suis convaincu que notre pays a les capacités d’accueillir un événement de cette envergure.»

Ian Logan tirant le bilan du meeting aérien AIR14:

Depuis tout petit, les yeux de Ian Logan brillent lorsqu’il scrute les cieux. Les avions ont toujours été sa passion. «Un jour, nous étions dans une église avec ma maman et, en voyant une croix, je lui ai dit: regarde, il y a un avion mais pas de pilote.» A l’âge de 10 ans, il s’envole pour la première fois, entre Genève et Zurich. Il rêve alors de devenir commandant de bord chez Swissair. A 16 ans déjà, il vole seul en planeur et, à 18 ans, il prend la décision de devenir pilote militaire.

Le chef de la Régulation de l’aviation militaire suisse totalise plus de 3000 heures de vol sur Vampire, Mirage 3, F5 et Hornet. «Voler, c’est le pied, c’est la liber­té. Le ciel est le seul endroit où il n’y a ni limite ni frontière.»

Opéré du cœur

Mais, en 1999, son médecin lui dit «stop». Une valve de son cœur est calcifiée. Il doit subir une intervention chirurgicale. Il tombe de haut. «L’aviation était ma raison de vivre. J’avais alors trois enfants en bas âge et mon épouse ne travail­lait pas. J’ai envisagé le pire. Heureusement, l’opération s’est bien déroulée. Par la suite, le divisionnaire Christophe Keckeis m’a offert l’opportunité de devenir responsable de la circulation aérienne militaire pour la Suisse. J’ai pu voyager et suis devenu membre de différents comités internationaux. Dans le fond, j’estime que ce coup d’arrêt est une chance. Il m’a permis de connaître de nouveaux horizons.»

Ses enfants et sa femme sont autant de piliers sur lesquels il a pu s’appuyer. «Ma famille, c’est mon booster. Je suis souvent absent pour raisons professionnelles, mais j’essaie de les voir le plus souvent possible. Les vacances et les anniversaires sont sacrés. Je me fais un point d’honneur d’être présent aux compétitions sportives de mes enfants. Quant à ma femme, elle est exceptionnelle, c’est une star! Une véritable force de la nature. Elle élève nos cinq enfants, tout en travaillant à 50% dans l’enseignement. Elle gère tant de choses. Elle me fait évoluer dans le bon sens, notamment en me faisant réfléchir sur les questions d’environnement. Elle est devenue végétarienne il y a un an et demi. Je n’ai pas encore fait le pas. Mais c’est peut-être pour bientôt!»

Sportif et organisateur

Ce Palinzard aux origines écossaises est aussi un fou du LHC, dont il est l’ambassadeur. Il a présidé le Lausanne Natation entre 2004 et 2006, pratique le fitness, la course à pied, le ski et la randonnée. Un touche-à-tout qui aime piloter les projets depuis sa plus tendre enfance. «Quand j’avais 12 ans, mon père a eu l’opportunité de travailler un an à New York. Ma mère, ma sœur et moi l’avons suivi. A notre retour en Suisse, j’ai constaté qu’il n’y avait pas de yearbook dans les écoles. J’ai pris l’initiative d’en créer un au Collège de la Planta. J’étais aussi membre du journal de l’école, La Sarbacane, et faisais partie de toutes les organisations, dès qu’il y avait un événement à mettre sur pied.»

«Je suis reconnaissant de ce que la vie me donne. Il ne m’arrive que des bonnes choses»

Ian Logan a le contact facile. Ce qui ne l’empêche pas d’être un chantre de la rigueur. «J’aime atteindre des objectifs. C’est mon dada. Briefer, débriefer, savoir ce que l’on va faire, planifier et conduire. Je dis souvent à mes enfants: quand on fait quelque chose, il faut essayer de le faire bien. En s’engageant, en étant motivé et enthousiaste.»

L’humilité est aussi une de ses qualités. «Je suis reconnaissant de ce que la vie me donne. Il ne m’arrive que des bonnes choses. Ces Jeux olympiques de la jeunesse en sont une de plus. Je suis conscient d’être un privilégié et je ne remercierai jamais assez les gens qui m’ont accordé leur confiance. J’espère que dans quatre ans nous ferons quelque chose de bien. Et, surtout, qu’on s’amusera!» (24 heures)

Créé: 12.02.2016, 08h46

Plus d'infos

www.lausanne2020.com

Carte d'identité

Né le 1er mai 1965 à Pully.

Cinq dates importantes
1977 Apprend l’anglais durant une année passée en famille aux Etats-Unis.

1986 Décroche son brevet de pilote de chasse.

1989 Rencontre Madeleine, sa future épouse.

1992 Naissance de Gregory. Suivront Tess (1994), Victoria (1995), Alicia (2005) et Paul (2008).

2015 Est désigné directeur général des Jeux olympiques de la jeunesse à Lausanne en 2020.

Articles en relation

«Profitons de ces JOJ pour changer les mentalités»

Olympisme En marge des 2es Jeux d’hiver de la jeunesse à Lillehammer, le directeur général de Lausanne 2020, Ian Logan, parle du projet qu’il doit mener au succès dans quatre ans. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Macron et la France bloquée. Paru le 21 avril 2018.
(Image: Valott) Plus...