Pierre-Alain Schweizer fait le pari d’une agriculture vraiment nourricière

La clé des champs 21/40D’année en année, le paysan d’Aigle augmente sa production maraîchère et vante les mérites des anciennes céréales. La Perrole attire les gourmands et les oiseaux.

Dans une parcelle test de permaculture, Pierre-Alain Schweizer avait fait pousser des épinards. Cette année, un mélange de céréales anciennes a pris le dessus.
Images: Olivier Vogelsang

Dans une parcelle test de permaculture, Pierre-Alain Schweizer avait fait pousser des épinards. Cette année, un mélange de céréales anciennes a pris le dessus. Images: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un accident peut changer une vie, dramatiquement ou positivement. Dans le cas de Pierre-Alain Schweizer, l’accident professionnel qui lui a broyé une main à l’âge de 23 ans aura eu finalement des conséquences inattendues et très bénéfiques. À l’époque, le jeune homme travaillait depuis plusieurs années déjà comme serrurier chez Giovanola Frères, à Monthey, et à l’entendre il n’envisageait pas de reprendre La Perrole, le domaine familial à Aigle. Ses presque dix ans passés dans feu l’entreprise de construction l’ont autant marqué que sa blessure. Mais celle-ci le contraint à abandonner son premier métier. «Je ne pouvais plus avoir la même sécurité. J’ai encore travaillé un moment dans le contrôle des chantiers, puis comme dessinateur en bâtiment, et finalement je me suis retrouvé au chômage, au moment où mon père arrivait à l’âge de la retraite.»

Au milieu d’un fouillis végétal mûrissent des pastèques.

Cette coïncidence rapproche les deux hommes. «Après le divorce de mes parents, je ne voyais mon père que toutes les deux semaines. Et il ne m’avait pas particulièrement encouragé à devenir agriculteur.» Mais la situation a changé. En 2000, l’Aiglon reprend le domaine avec ses grandes cultures – blé, orge, luzerne, maïs – et suit la formation d’agriculteur à Châteauneuf (VS). Quand il envisage de se diversifier et de passer au bio, son père ne s’y oppose pas. Au contraire, il lui dit: «Tu vois juste.» Peut-être le souvenir familial du grand-père venu de Zurich et qui avait fait des essais de biodynamie dans les années 1940… «Je sais que dans bien des familles les jeunes ont carrément l’interdiction de suivre les cours d’agriculture biologique.»

Une serre entière voit proliférer les variétés d’aubergines.

Chez lui, le tournant s’est fait avec l’arrivée de ses enfants, nés entre 2005 et 2008. «J’ai commencé à faire des légumes pour ma famille, au lieu d’acheter le chenit qu’on trouve en grandes surfaces.» Pour se former, il invite une maraîchère en biodynamie à venir travailler pendant six mois sur le domaine, qui remet tout en question. «La biodynamie met le paysan au centre de son exploitation, c’est lui qui va ressentir les choses.» Aujourd’hui, il a six serres et vend tout, dont des variétés colossales de tomates, des aubergines suspendues par des systèmes de haubans, des melons et même des pastèques! Une étape très importante a été la construction, il y a dix ans, d’un rural sur le domaine, alors que la ferme historique se trouvait en ville. Le jeune entrepreneur y met en œuvre sa philosophie: tout en bois, et des panneaux solaires européens (406 m2). «J’aurais pu construire pour moitié moins cher, mais on voulait faire quelque chose qui soit cohérent avec l’évolution du domaine. Et même si je n’y habite pas, on fait vivre l’endroit avec plein d’activités soutenues par notre association.» (Lire l’encadré)

Mélange de lentilles et de camelines, qui poussent ensemble.

Petit à petit, l’envie de transformer et de vendre directement tout ce qu’il produit fait son chemin. Y compris les céréales, qu’il préfère anciennes et nourrissantes: engrain (ou petit épeautre), amidonnier, maïs à polenta font leur apparition, en parallèle à l’acquisition d’un moulin et d’un décortiqueur pour moudre sur place, à la demande. «Au départ, je n’avais aucune idée de comment m’y prendre, se souvient Pierre-Alain Schweizer, et j’ai heureusement pu partager mes questionnements et recevoir les premières semences grâce à quelques collègues de Bio Vaud, dont Cédric Chezeaux, à Juriens, et les Iseli, à La Sarraz.» L’«artisan agriculteur», comme il se décrit, défend avec conviction un autre système de production: «L’homme doit changer son alimentation. Les anciennes céréales produisent moins mais nourrissent bien mieux que le blé: 100 grammes d’engrain équivalent à un steak de porc.»

Créé: 02.08.2019, 10h35


Portrait

Exploitation
Les Schweizer exploitent les 18 ha de La Perrole depuis trois générations. Pierre-Alain (50 ans) a repris le domaine en 2000, en biodynamie dès 2008.

L’association
Créée en 2011, l’association Pour la Perrole a pour but de favoriser les échanges entre le domaine et les consommateurs. C’est en son sein que l’idée a germé de planter une haie de 300 mètres, des bosquets d’arbres autour du bâtiment et d’installer des nichoirs.

Pendant cinq ans, François Estoppey et surtout Henri Lecler ont effectué bénévolement des relevés ornithologiques hebdomadaires, observant jusqu’à 70 espèces d’oiseaux le long d’un parcours immuable.

«La haie sert d’abri et de nourrissage pour de nombreuses espèces, dont la pie-grièche écorcheur, que nous espérons voir nicher prochainement, note François Estoppey. L’alouette des champs, qui avait déserté la plaine du Rhône, y niche de nouveau.

En 2017, une chouette effraie a eu sept petits dans le hangar.» Un étang va voir le jour.

Débouchés
Outre le blé et le maïs vendus en gros, Pierre-Alain Schweizer fait marché à Aigle (ma et sa), aux Planches, à Montreux (me) et le jeudi après-midi au domaine.

Deux boulangeries, Au Fournil, à Aigle, et Charlet, à La Barboleuse, panifient ses farines.
La Perrole, 079 479 78 56, www.pourlaperrole.ch

Avec le soutien



Les épisodes du Pays-d'Enhaut et Chablais

Le projet «Clé des champs»: Un été à la campagne à la rencontre de nos paysans



18° Votre Cercle de vie à Château-d’Œx
Esther et Nicolas Mottier poursuivent le travail traditionnel du Pays-d’Enhaut tout en construisant pas à pas leur rêve d’un lieu touristique reconnectant l’être humain aux valeurs de la terre.


19° Les secrets du fromage d’alpage aux Mosses
Blaise Chablaix raconte avec passion la fabrication artisanale du fromage dans son alpage au-dessus des Mosses. Mais aussi les difficultés d’un petit paysan de montage.


20° Les patous de la Forclaz
En-dessus de la Forclaz, Jean-Pierre Vittoni fait paître ses moutons gardés avec l’aide de cinq chiens patous, dont deux débutent leur formation.


21° La délicieuse polenta d’Aigle
Dans son domaine de La Perrole, Pierre-Alain Schweizer cultive des légumes et des spécialités de céréales comme l’engrain, la polenta et l’orge selon les principes de la biodynamie.

Articles en relation

Au-dessus de La Forclaz, des patous veillent sur les moutons des Vittoni

La clé des champs 20/40 Les agriculteurs ormonans ont choisi une parade naturelle contre les attaques de loup. Plus...

Un fromage d’alpage fait à tous les feux

La clé des champs 19/40 Blaise Chablaix couve vaches et pâtes dures par passion en luttant contre la «normatisation». Plus...

L’arche des Mottier invite les terriens à renouer avec la nature et la tradition

La clé des champs 18/40 À Château-d’Œx, une famille bâtit une collectivité durable autour de la ferme et de ses coutumes. Plus...

Œufs, viande, cuir et plumes, l’autruche est bien plus qu’une attraction touristique

La clé des champs 17/40 Joseph Noirjean reste fasciné par cet oiseau hors norme qu’il élève depuis vingt ans. Plus...

Ils cultivent 10% des oignons suisses à Chavornay

La clé des champs 16/40 Sans trop pleurer, les frères Egger garnissent nos assiettes de Genève à Saint-Gall. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.