Un affineur de sons passionné d’élévation

Julien-François ZbindenLe compositeur lausannois s’apprête à passer le cap du siècle, en publiant un second livre d’anecdotes et de réflexions

Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Avec l’âge, les paupières tombant sur ses yeux bleus et son absence d’expression du visage donnent à Julien-François Zbinden une impression d’indifférence. Mais ce masque impassible, renforcé par sa voix œsophagienne – séquelle d’un cancer des cordes vocales il y a plus de 20 ans –, cache une présence au monde, une acuité d’esprit et une capacité d’indignation intactes. Branchez-le sur l’initiative «No Billag», l’avant-garde musicale ou le mariage pour tous, il réagit au quart de tour sans craindre d’être rétrograde! Le Courrier des lecteurs de 24 heures s’en fait régulièrement l’écho. Et lui d’enfoncer le clou: «L’indifférence m’a toujours trouvé infirme.»

De Julien-François Zbinden, on connaissait la multiplicité des talents: pianiste de jazz et de variété dans les années 30 et 40; complice au clavier de Jack Rollan à Radio Lausanne où il brilla comme preneur de son, producteur des émissions musicales, membre permanent du jury de l’émission Discanalyse; et surtout compositeur d’un catalogue de 112 opus patiemment mijotés. Tout cela est bien établi, car le musicien lausannois est un homme public gourmand de reconnaissance, et, car il a mis un soin tout particulier à documenter sa longue vie. Celui qui se décrit lui-même comme un «jeune aspirant au centenariat» devrait passer le cap le 11 novembre. L’occasion d’un concert en son honneur le soir même à la cathédrale de Lausanne avec la reprise de trois œuvres, dont la dernière de circonstance pour chœur et orgue: Eternité op. 98. Sans compter d’autres événements liés à son anniversaire, comme la parution d’un livre. A la nonantaine bien entamée, Julien-François Zbinden a laissé tomber la composition et s’est mis à la littérature. Son deuxième livre, De vous à moi, vient de paraître (Ed. de l’Aire) et poursuit dans la même veine inclassable que le premier (A tu et à toi): mélange de dialogues philosophiques en tête à tête, de sentences spirituelles, de poèmes et d’anecdotes savoureuses glanées dans sa mémoire au long cours. «C’était plus facile à faire qu’un opus 113!» glisse l’écrivain débutant avec son humour pince-sans-rire.

Véritables exercices de sagesse autant que d’une sérénité qu’il sait inatteignable, ces ouvrages visent à «révéler ce que je suis» alors que sa musique avait révélé «ce que je sens». «J’ai toujours noté des considérations philosophiques, en me disant que cela pourrait servir un jour, confie-t-il. Elles ont été développées et repolies pour l’occasion. Mais plus j’avance, plus les points d’interrogation s’accumulent.» Pourtant, Zbinden affirme certaines convictions fortes sur l’amour («Le point focal de l’existence de chaque individu»), la foi («Le temps des religions est révolu; celui de la sagesse doit advenir sous peine de disparition de l’humanité») et bien sûr la mort («J’essaie de fraterniser avec l’inéluctable»).

Une famille de cœur dans la musique

Initiales JFZ: c’est non seulement sa signature épistolaire, mais le signe de ralliement de son cercle d’amis. Veuf et sans enfants, Julien-François Zbinden a fort à faire avec la solitude. Par chance, il est bien entouré, à commencer par sa famille de cœur, son filleul Tristan Juillerat et sa femme, Pascale. En bonus, il a gagné deux petits-fils d’adoption, Richard Dubugnon et Yvan Ischer. Compositeur et contrebassiste, Richard Dubugnon ne manque jamais une occasion de passer chez lui quand il est en Suisse: «Nous avons une affection mutuelle très forte depuis qu’il m’a entendu jouer son Hommage à Jean-Sébastien Bach pour contrebasse à la Tribune des jeunes musiciens. Je lui ai commandé d’autres pièces et lui ai dédié mes JFZ Variations pour contrebasse . Notre affinité vient du fait que je suis un compositeur tonal comme lui, même si nos styles diffèrent. Ce qui me fascine, c’est son côté jeune compositeur en devenir. Il espère toujours que quelqu’un va s’intéresser à sa musique; il ne se rend jamais!»

Producteur de l’émission JazzZ sur Espace 2, Yvan Ischer a également fait la connaissance de «King Zibi» peu avant ses 80 ans et lui rend depuis visite chaque semaine. «J’ai soupçonné qu’un pianiste qui avait fait des jam-sessions avec Coleman Hawkins et Django Reinhardt devait avoir encore un certain potentiel. A part qu’il joue du jazz pour lui tous les matins, il s’est fatalement distancié de ce milieu à partir du moment où il s’occupait des émissions classiques à la radio.» En le bousculant un peu, – «j’adore le chambrer comme un gamin» –, Ischer le remet en selle, l’emmène au concert et le convainc de graver deux disques incroyables à 90 et 95 ans. «Il est naturellement devenu le doyen fidèle de mon jazz gang avec René Langel (cofondateur du Montreux Jazz). Pour la série d’émissions que nous préparons, il vient d’enregistrer magistralement quelques morceaux avec Antoine Oguey à la contrebasse. Il suffirait d’une 2e session et on aurait un nouvel album!» On n’arrête plus JFZ. Il le dit si bien lui-même: «…où je vais?/Que nul ne le dise/Qui m’enlèverait ce goût d’aller».

(24 heures)

Créé: 31.10.2017, 09h59

Infos

Concert
Lausanne, Cathédrale, sa 11 nov. (20 h), J.-C. Geiser, orgue, Ens. Polyhmnia, dir. F. Marcon
Livre
de Vous à Moi, Ed. de l’Aire, 176 p.
Disque
Kaléidoscope, CD d’archives, Gallo
Exposition
Ropraz, L’Estrée, «D’un siècle à l’autre», 4 - 19 nov., www.estree.ch
Emission
Espace 2, série d’émissions dans Versus, 6 - 10 nov. (10 h)
www.jfzbinden.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des dizaines d'automobilistes ont été bloqués dans le Chablais, pendant plusieurs heures pour certains. La situation était également chaotique sur les routes secondaires parsemées de congères.
(Image: Bénédicte) Plus...