Passer au contenu principal

Anar ou dandy, Jean-Marie Reynier cultive son réseau

Artiste multiple, le Perrolan d’adoption aime traverser les genres, pour mieux nourrir son œuvre.

Tu diras bien dans la légende que mon t-shirt a été créé par Alex Meszmer et Reto Müller pour mes 30 ans…
Tu diras bien dans la légende que mon t-shirt a été créé par Alex Meszmer et Reto Müller pour mes 30 ans…
Olivier Vogelsang

Après qu’on eut pris rendez-vous pour lui tirer le portrait – écrit et photographique – Jean-Marie Reynier n’a eu de cesse de vouloir nous recevoir au mieux. Il avait d’abord commandé de la Luganighetta à la Boucherie Gabbani de Lugano, cette saucisse à rôtir du patrimoine tessinois. Puis il s’est ravisé, pour nous offrir plutôt des Luganigas, plus épicées. Accompagnées d’un risotto au safran maison et d’un merlot qu’il a pris chez sa voisine de Perroy, Maryline Bisilliat, de la Cave Clair-Obscur. L’artiste élevé au Tessin aime les bonnes choses de la vie et n’«imagine pas un repas sans un verre de vin rouge» comme il n’envisage pas d’arrêter de fumer ses cigarettes roulées main.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.