Passer au contenu principal

L’ancien fondeur d’élite a gardé de la force et du cœur

Le médecin retraité des Diablerets Pascal Gertsch, grand voyageur et passionné de ski de fond, suit toujours ses intuitions

Jean-Paul Guinnard

Pascal Gertsch doit sa vie à une intuition de son père et à un petit camion de pompier d’enfant. Le médecin de montagne retraité, 73 ans, dont se dégage un mélange de puissance physique, de force mentale et de bonté, a bien failli ne pas dépasser l’âge de 1 an. Une mastoïdite et une rougeole carabinées survenues coup sur coup l’avaient laissé pour mort. Son père, chirurgien à Aigle, avait eu un coup de génie. Contre un camion de pompier, il avait prélevé du sang plein d’anticorps à un gamin du coin ayant déjà eu la rougeole pour l’injecter à son cadet. «C’est de là que Pascal tire sa formidable capacité à toujours aller de l’avant», lâche, convaincue, sa compagne Marie-Jo.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.