L'harmonie faite femmes mêle en chansons Italie et Irlande

PortraitÉtoiles émergentes de la scène romande, Marzia Celii et Ella Malherbe avancent à l’unisson dans le duo Marzella.

Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur la vieille photo, elles courent échevelées et passent la ligne d’arrivée main dans la main. Marzia Celii et Ella Malherbe (ici de gauche à droite) ont 13 ans et l’envie d’y arriver ensemble sans même se connaître. Longtemps oubliée, l’image symbolise leur parcours artistique et une amitié indéfectible qui repose sur une complicité innée, nourrie de leurs différences et de leurs complémentarités. Quand elles se confient, installées dans ce petit café de la rue du Lac à Yverdon, les jeunes femmes se soucient l’une de l’autre. Veillant à l’équilibre des propos en se passant la parole, elles incarnent en privé l’harmonie qu’elles expriment sur scène tout en laissant régulièrement fuser des rires qui égaient le bistrot.

Marzia, Ella, deux prénoms qui chantent avant même de former Marzella, un duo d’auteures, compositrices, interprètes et multi-instrumentistes né il y a dix ans entre Chavornay et Orbe. «La première fois que nous avons chanté ensemble, c’était «Baby When the Light», de David Guetta, à tue-tête lors d’un cours de gym», se rappelle Marzia en rigolant. Peu de temps après, elle donne à sa nouvelle copine un CD où elle interprète «Imagine» et «Summertime». «J’ai adoré! s’exclame Ella. Je me suis dit: «Incroyable, une fille de ma classe qui chante!» Puis j’ai demandé à Marzia si elle voulait bien faire un groupe avec moi puisque je jouais de la guitare.» Et quand elles interpréteront leur première «vraie» chanson, «Same Mistake» de James Blunt, ce sera la révélation. «C’était tellement cool de jouer ensemble. Ça a «matché» immédiatement», lâche Marzia, guettant l’approbation d’Ella, qui opine en souriant.

À l’époque, Marzia veut faire du théâtre alors qu’Ella se destine aux arts visuels, deux disciplines qu’elles exercent encore toutes deux. L’une se formant à Paris, l’autre écrivant une musique de film. Ce qui n’empêche pas les deux ados de participer à un concours à l’Amalgame, club de musiques actuelles d’Yverdon. «Je les ai accompagnées à cette première audition. Je les suis depuis dans leurs concerts aux quatre coins du pays: je suis émue à chaque fois par leur harmonie», raconte Lucie Darbellay, géographe et amie d’Ella. «Ella voulait être psychologue. Si elle ne l’est pas aujourd’hui, c’est assurément la meilleure conseillère pour moi. Son côté humain et empathique est fort.» L’artiste musicienne lausannoise Mané confirme sa bienveillance: «Lorsque nous étions colocataires à Londres, je pouvais frapper à sa porte à 3 heures du matin pour lui confier mes doutes et elle répondait toujours présent.»

Pour Marzia aussi, Ella est une vraie altruiste qui se soucie toujours du bien-être de l’autre. Cette dernière souligne, elle, la force tranquille et la lumière qu’il y a chez sa partenaire: «Marzia, c’est le feu et le métal. Quelqu’un sur qui on peut compter.» Pour Yves Engeler, son compagnon depuis six ans, «Marzia est solaire et apporte aux autres et à moi-même beaucoup de sérénité. Mais elle n’est jamais aussi radieuse que quand elle est sur scène. Quand elle chante en italien, je fonds et Cupidon me frappe à nouveau!» L’ancien footballeur devenu banquier comprend bien la motivation nécessaire pour parvenir à sortir du lot: «Je sais les sacrifices qu’il y a à faire pour réussir.»

Dans le jardin de l’autre

Les deux amies nourrissent leur inspiration au cœur de leurs jardins secrets respectifs. «Même si l’on est beaucoup dans le jardin de l’autre», note malicieusement Marzia. L’Irlande pour Ella, l’Italie pour Marzia, des racines familiales essentielles. Elles colorent les chansons des deux artistes qui chantent en anglais, en italien et en français depuis peu. «En Irlande, je surfe et je peux rester des heures sur l’océan, où l’eau n’est parfois qu’à 5 ou 6 egrés», raconte Ella. Une respiration en grandes bouffées d’air frais. Pour Marzia, c’est aussi la mer, mais beaucoup plus chaude du côté de l’Italie, qui l’inspire avec les saveurs de la cuisine et les sonorités chaleureuses des chansons traditionnelles. «Mon grand-père chante souvent «O sole mio» et d’autres refrains typiques dans les fêtes de famille. Et moi je vibre particulièrement quand je chante en italien.»

Qualifié de folk-pop ou indie, le style de Marzella se distingue par la belle sororité qui anime ses deux protagonistes. Une musique aux notes sensuelles et aériennes, teintée de mélancolie, mais aussi ensoleillée et porteuse d’énergie positive. Après la sortie de leur EP «Seasons of Life» en mai dernier, le temps est venu pour le duo de confirmer le succès porté par le premier single «Lovely Bird», qui bénéficie de quelque 200'000 écoutes toutes plateformes internet confondues!

Prophétesses en leur région

«Ce ne serait pas rendre justice à nos chansons de ne pas leur donner toutes les opportunités de se faire entendre», indique Ella. Avec Marzia, elles savent à merveille valoriser Marzella sur les réseaux sociaux. «Lors de nos études musicales à Londres, nous avons travaillé avec Becky Jones, alias Saint Saviour. Elle nous a emmenées en tant que choristes et instrumentistes en tournée en Grande-Bretagne. Avec elle, nous avons eu l’opportunité d’apprendre à nous questionner sur notre identité artistique pour ensuite mieux la diffuser», relève Marzia.

Récemment lauréates du Prix culturel régional du Nord vaudois, les deux amies savourent le moment. Une énorme reconnaissance pour le travail fourni selon Marzia, alors qu’Ella s’émeut de constater qu’elles contrarient le dicton en étant prophétesses en leur région. «Cela m’a fait tellement plaisir de voir tous ces gens si contents pour nous lors de la remise du prix à Orbe en novembre dernier.»

En concert jeudi 19 décembre, 20h45, LesDocks, Lausanne, projet Proxima.

Créé: 18.12.2019, 10h58

Bio

1994 Ella naît le 5 février à Lausanne, Marzia le 11 mars à Pompaples.

2000 Ella commence la guitare au Conservatoire.

2001 Marzia voit sa première pièce de théâtre, puis prend des cours et fait ses premiers spectacles. Commence les cours de chant en 2006.

2008 Ella surfe ses premières vagues en Irlande.
2009 Formation de Marzella. Premier concert à l’Amalgame d’Yverdon.

2012 Départ pour Londres. Le duo entre au British & Irish Modern Music Institute et fait de la musique 24h/24.

2014 Tournée avec Saint Saviour et Bill Ryder-Jones en Grande-Bretagne.

2018 Sortie du single «Lovely Bird»: un bond pour Marzella.

2019 Premier concert dans le off du Montreux Jazz.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...