L’humour pour briser la glace et transcender le handicap

PortraitGil Meyland Le chroniqueur de Radio Nord vaudois a toujours repoussé ses limites et s’est même essayé au… stand-up.

«Les réseaux sociaux, notamment Twitter, ont changé ma vie», dit Gil Meyland, faisant allusion aux contacts avec autrui qui ne sont pas influencés par son handicap.

«Les réseaux sociaux, notamment Twitter, ont changé ma vie», dit Gil Meyland, faisant allusion aux contacts avec autrui qui ne sont pas influencés par son handicap. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas d’avant-bras et une excroissance atrophiée pour unique jambe. La fée qui s’est penchée sur le berceau de Gil Meyland il y a 35 ans lui a joué un sale tour. Le chroniqueur de Radio Nord Vaudois ne connaîtra sans doute jamais le nom de cette garce. «Les médecins du CHUV ont exclu la thalidomide. Il y a eu d’autres tests, revenus négatifs. C’est tout ce que je sais.» Cette malformation, il a fallu d’abord l’apprivoiser. Avant de la transcender. «J’ai la chance d’avoir été élevé par des parents qui ne se sont pas laissé dicter ce qui était possible ou non pour moi», raconte-t-il, installé sur le sofa de la maison familiale au cœur de Concise, où il vient de ré-emménager. «Ils n’étaient pas surprotecteurs. J’ai eu très vite ma propre mobilité, je grimpais sur les chaises, je pouvais tout essayer. Mon père m’a appris à tomber et ça m’a d’ailleurs été bien utile.» Décision est prise: le jeune Gil suivra une scolarité ordinaire, au risque de bousculer un peu l’École vaudoise. Sa soif de savoir est alors inextinguible. Diplôme de latin-grec au collège Léon-Michaud à Yverdon. Puis maturité au gymnase Auguste-Piccard à Lausanne, choisi pour ses leçons intensives de musique. En parallèle, le mélomane – choriste à ses heures – suit durant trois ans des cours d’auteur-compositeur à l’Atelier du Funambule à Nyon.

Dans le Nord vaudois, Gil Meyland est une figure connue. Célibataire, il a vécu seul une décennie dans le chef-lieu, où il a même siégé au Conseil communal, élu sur la liste PS. Difficile pour quiconque d’oublier sa bouille ronde, son corps si singulier et l’énergie qu’il dégage, juché sur sa lourde chaise roulante électrique.

Rien n’arrête le Concisois et son tempérament de leader. «Il m’a toujours halluciné: quand on voit tout ce qu’il accomplit, ça questionne sur ce que nous, on arrive à faire», lâche Yves-Alain Golaz, son camarade de karaoké et animateur sur RNV, pour laquelle Gil portraiture des chefs d’entreprise. «C’est quelqu’un d’érudit, qui aime creuser les choses. Il est d’une gentillesse folle, peut-être même un peu trop: il est toujours là quand un ami a besoin d’aide, au risque de ne se retrouver avec trop de choses à gérer…»

Hyperconnecté et très sociable, Gil Meyland a noué des amitiés au-delà des frontières grâce à Internet. Les réseaux sociaux, Twitter en tête, ont changé sa vie, lâche-t-il: «Il m’est arrivé de discuter avec des personnes pendant des années avant qu’elles apprennent que je suis handicapé. Leur réaction ne m’a jamais déçu. J’ai pris conscience à quel point le premier regard porté sur moi influence l’attitude des gens. Ça a été une vraie baffe.»

Un «half-man-show» à Paris

Pour se rapprocher de ses amis, il dégote en 2009 un pied-à-terre – il nous pardonnera l’emploi de ce mot – dans la banlieue de Paris, sa ville de cœur. Avec son sens aiguisé de l’autodérision, il y teste le stand-up, pardon, «sit-up», avec un «half-man-show» sur la scène ouverte du Chinchman Comedy Club. Une belle expérience qui durera quelques mois. «Mais j’ai vite compris que si je ne défonçais pas le handicap pour en rire, ça ne marchait pas avec le public.» La déconne sur scène, c’est fait. Et devenir un sérieux conférencier-motivateur comme Louis Derungs ou l’Australien Nick Vujicic? «Montrer qu’on peut dépasser ses limites, c’est tentant. Mais ce n’est pas mon rôle dans la vie d’être une source d’inspiration pour les gens. Entendre ce genre de discours à la caisse d’un magasin est déjà un fardeau pour moi.»

Dans la capitale française, l’humoriste amateur s’est fait aussi un réseau dans le milieu associatif promouvant l’accessibilité des lieux publics aux personnes à mobilité réduite. Son combat de toujours, qui lui vaut aujourd’hui d’être consultant pour la RATP au sein de MobileEnVille, et, ici, pour les CFF s’agissant de la future gare de Lausanne. Pour comparer ce qui se fait ailleurs, le voilà baroudeur en 2015. Grâce à un petit héritage, il a sillonné seul durant neuf mois l’Asie, l’Australie et l’Amérique du Nord. «La Suisse est peut-être lente dans l’adaptation de ses infrastructures, mais ce qu’elle fait est fiable, rapporte-t-il. Même si la situation n’est pas satisfaisante, je regarde toujours d’où on vient et les progrès réalisés.» Sourire en coin: «Je n’oublie pas qu’enfant, j’ai fait une course d’école dans un wagon postal, ma chaise attachée à une palette et sans prof pour m’accompagner pour raisons de sécurité.»

Cette jovialité et son humour masquent aussi des failles très humaines. «Tout me prend tellement d’énergie qu’il y a des casses, admet-il. Des périodes où je sors à peine de chez moi.» Une fatigue débouchant parfois sur de saisissants coups de gueule, qu’il pousse sur son mur Facebook. Quand il ne supporte plus la bêtise ordinaire, l’obligation sociale «d’être toujours souriant lorsque l’on doit demander de l’aide». Ou d’être chaque semaine touché par des inconnus «qui disent prier pour moi». Abordé par d’autres qui croient savoir, «parce qu’ils ont un cousin handicapé», etc. L’histoire de sa vie.

L’an dernier à Lyon, Gil Meyland s’est fait voler sa chaise. Des imbéciles l’ont chipée devant l’entrée d’un immeuble, alors qu’il était en visite chez une amie. Ce n’est qu’après plusieurs heures, au beau milieu de la nuit, que la police l’a retrouvée, grâce à son appel à l’aide relayée massivement sur les réseaux sociaux et les médias d’infotainment. «Cet épisode a brisé quelque chose. J’ai réalisé à quoi j’étais suspendu, comme si l’autonomie pour laquelle je faisais tant d’efforts pouvait m’être volée», glisse-t-il. De quoi fragiliser son rêve, qui est justement de partir à l’aventure sur sa chaise. «Avec une connexion Internet satellitaire, une toile dépliable automatiquement pour m’abriter de la pluie et une petite génératrice, ce serait faisable.» (24 heures)

Créé: 09.03.2018, 07h30

Bio express

1983
Naissance au CHUV le 29 mai. La malformation congénitale n’avait pas été détectée lors des échographies.
1995
Emménage à Concise avec sa mère et sa sœur après avoir vécu à Moudon et à Châtillens. Gil est scolarisé à Yverdon en section latin-grec.
1996
Crée le Journal du Mont-Aubert, qui comptera jusqu’à 400 abonnés.
2003
Obtient sa matu au gymnase Auguste-Piccard. Suit en parallèle les cours de l’Atelier du Funambule.
2006
Est élu au Conseil communal d’Yverdon avec le groupe PS, puis comme indépendant.
2009
S’essaie au stand-up à Paris. Rejoint l’association MobileEnVille.
2015
Voyage neuf mois seul à travers l’Asie, l’Australie et l’Amérique du Nord.
2017
Le vol de sa chaise roulante à Lyon fait la une des sites d’infotainment. Il tient plus tard le rôle central d’un sketch de Ludovik sur YouTube, vu 5,5 millions de fois.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.