Son idée fixe: faire de «sa» gym de l’or en barre

PortraitAprès le Cirque du Soleil, Stéphane Détraz va rejoindre la Fédération internationale.

Passé par le Cirque du Soleil, Stéphane Détraz n'a pas réalisé une carrière professionnelle mais tout de même couronnée de succès, décrochant plus de 100 médailles.

Passé par le Cirque du Soleil, Stéphane Détraz n'a pas réalisé une carrière professionnelle mais tout de même couronnée de succès, décrochant plus de 100 médailles. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cent médailles! Le 17 novembre, Stéphane Détraz est devenu champion de Suisse à la barre fixe pour la deuxième année consécutive, de l’or à la saveur particulière pour le gymnaste de 32 ans. «Un jour que je triais des cartons, je suis tombé sur ma «collection» de breloques un peu par hasard, raconte-t-il en souriant. Au même moment, Roger Federer venait de décrocher son 100e titre et je me suis demandé si je pourrais un jour atteindre ce chiffre. Mais en comptant les podiums, pas que les victoires!» Mission accomplie donc, et preuve indéniable que la carrière du sportif est marquée du sceau de la classe. Et de la grâce, ce qui n’était pas gagné!

«Au départ, j’étais souple comme une barre à mine, mais je me suis quand même retrouvé à la salle de gym, car mon frère – qui, lui, avait de réelles dispositions – la pratiquait. J’ai toujours voulu faire mieux que lui ou du moins être tout aussi bon. À partir de là, c’est la course aux défis dans le jardin, à la place de jeu, partout et tout le temps. À un moment donné, ça devient une grosse partie de la vie, presque naturellement.»

Les anneaux balançants, ce tournant

À l’adolescence, le sociétaire de la GymMorges accumule les heures d’entraînement, gravit les échelons jusqu’aux sélections nationales, avant de se rendre à l’évidence. «Vers 15 ans, j’ai compris que je ne verrais jamais les Jeux olympiques. Je ne suis pas tombé d’un immeuble en m’en rendant compte, mais c’est sûr que, quand tu t’investis à fond depuis tout petit, tu rêves forcément des JO à un moment donné. Quand ils s’éloignent, tu te poses des questions, surtout quand tu as toujours fait un sport de «gonzesse», avec ton justaucorps, alors que tous tes potes font du foot», détaille celui qui a aussi défendu les couleurs du FC Lonay.

«Tu as 15 ans, tu fais un sport de gonzesse, avec ton justaucorps, alors que tous tes potes font du foot?»

Et s’il tire un trait sur les anneaux olympiques, c’est pourtant cette discipline – les anneaux balançants – qui lui permet de rejoindre la piste aux étoiles du Cirque du Soleil, après avoir été repéré avec son frère lors d’une compétition par la célèbre troupe canadienne. «Une tournée de deux ans sur le thème de Michael Jackson, 350 shows dans plus de 100 villes sur trois continents: cette aventure unique m’a offert des souvenirs qui resteront gravés à jamais, mais elle m’a surtout ouvert les yeux sur mon avenir professionnel. En ayant la chance de découvrir l’envers du décor de ce géant du spectacle, j’ai emmagasiné tout ce que je pouvais comme expérience avec l'idée de revenir en Suisse travailler dans l’événementiel.»

De retour, il s’investit encore davantage au sein de la GymMorges, une des rares romandes à pouvoir rivaliser sur le plan national. Coach, organisateur de camps, membre du comité et responsable des opérations du prestigieux Mémorial Gander (ndlr: un show qui met aux prises des athlètes de calibre mondial), Stéphane Détraz a désormais presque autant de cordes à son arc que de médailles autour du cou. «Que ce soit en sport ou dans la vie, il est téméraire et combatif. S’il veut quelque chose, il va tout faire pour l’avoir, avec beaucoup d’ambition», assure son frère Christian, qui est resté à Las Vegas depuis qu’il a rejoint le Cirque du Soleil. «Ses qualités peuvent aussi se transformer en défauts, car quand il est focalisé sur son objectif, c’est tout ce qui compte à ses yeux. Mais c’est ce qu’il faut pour atteindre ses buts.»

Un caractère perfectionniste et impliqué qui ne laisse rien au hasard et qui peut être parfois lourd pour ses proches, comme il le concède volontiers. «Lors de mes dernières vacances à New York, j’attendais que ma copine s’endorme pour sortir mon ordinateur et finaliser les derniers détails du Mémorial Gander. J’en ai conscience, mais j’ai toujours fonctionné comme ça et donné des coups de main partout où l’on m’appelle.» Comme cette soirée du titre national par équipes où, à peine descendu du podium, il était de corvée de rangement comme il l’avait promis à son ami organisateur.

Un engagement total qui ne l’empêche pas de trouver l’harmonie côté cour et côté jardin, puisqu’il partage sa passion en compétition avec sa compagne Sarah Chilo. «Nous concourons depuis quatre ans dans la catégorie Elle+Lui, explique sa moitié avec qui il vient de décrocher un autre titre de champion de Suisse cette année. «Nous faisions de la gym ensemble depuis longtemps, et notre compétitivité commune, qui peut parfois faire des étincelles, nous a orientés vers cette catégorie.»

«Ça fait partie de son ADN»

Loin du complexe du justaucorps de sa jeunesse, le gymnaste peut se targuer jusqu’ici d’une belle carrière qui suscite le respect dans le monde amateur. Est-ce le moment d’y mettre un terme? «Je vais me laisser les mois qui viennent pour profiter et ne pas trop penser à la gym. En février, quand viendront les échéances d’inscription, je me poserai la question. Mais je réfléchis aussi à fonder une famille et, avec mon emploi du temps actuel, je sais que c’est impossible.» Pour son frère, c’est une certitude: «Il ne va jamais vraiment arrêter, sourit-il. Il aura toujours un pied là-dedans, comme athlète, entraîneur ou membre du comité, car ça fait partie de son ADN.»

Et Christian Détraz ne pense pas si bien dire. Après une expérience dans le secteur événementiel du Lausanne Hockey Club, couronnée par l’inauguration de la Vaudoise aréna ? petite infidélité à sa discipline de prédilection ?, Stéphane Détraz rejoindra en 2020 la Fédération internationale de… gymnastique! Celui qui n’a jamais pu participer à des Jeux olympiques va se retrouver à les organiser, un joli clin d’œil du destin pour cet athlète qui pourra désormais allier passion et profession… en parallèle.

Créé: 12.12.2019, 09h30

Bio

1987 Stéphane naît le 2 septembre.

1992 Commence la gymnastique, comme son frère, mais également son père et son grand-père à l’époque.

1994 Débute la danse, qu’il pratiquera en parallèle de la gym jusqu’à ses 25 ans. Un atout pour les chorégraphies de groupe.

1999 Rejoint le cadre jeunesse suisse

2000 Se tourne vers la gym de société et découvre les anneaux balançants.

2011 Départ pour une tournée de deux ans avec le Cirque du Soleil.

2018 Stage puis engagement au sein du département événementiel du Lausanne Hockey Club.

2020 Nouveau défi à la Fédération internationale de gymnastique

Articles en relation

Tête et mains impriment les idées de Vincent Du Bois dans la matière

Portrait Le sculpteur a réalisé la statue de Pierre de Coubertin pour la nouvelle Maison olympique. Rencontre avec un talent qui aime à réunir les mondes. Plus...

Sandrina Cirafici assaisonne le passé du Chablais

Portrait Présidente de l’Association Cum Grano Salis, la conteuse d’Histoire met en scène depuis dix ans l’épopée du sel. Plus...

L’expert des empreintes aime user ses semelles au port de Pully

Portrait Christophe Champod, pointure des sciences criminelles, a reçu la plus haute distinction de sa branche. Plus...

Suren Erkman cultive sa vision d’une «industrie durable»

Portrait L’ancien journaliste scientifique, établi à Blonay, choie son jardin et sa vision du défi climatique. Plus...

Daya Jones brise les diktats en douceur

Portrait Invitée des TEDxLausanneWomen le jeudi 5 décembre 2019 au SwissTech Convention Center, la chorégraphe parle de sa façon de démocratiser la danse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...