Passer au contenu principal

Jacques Gasser choie toujours l’humour et les pas de côté

Le chef du département psychiatrie du CHUV garde son âme d’adolescent révolutionnaire.

«À 18 ans, j’ai formé une association qui s’appelait Les anarchistes non violents. J’étais le seul membre!»
«À 18 ans, j’ai formé une association qui s’appelait Les anarchistes non violents. J’étais le seul membre!»
Florian Cella

Attendre Jacques Gasser, chef du département psychiatrie au CHUV, dans sa salle d’attente située au bâtiment des Cèdres du site de Cery, est déjà envoûtant. Une imposante peinture de mer déchaînée trône au mur, accrochée au-dessus d’un canapé rouge sang: un appel à la passion et au voyage. Au centre de la toile, une vague se brise contre un rocher, silencieuse jusqu’à l’ouverture de la porte. Retour brutal à la réalité. Dès son arrivée, le médecin lance un regard doux, à la fois rieur et complice, invitant à le suivre dans un long couloir.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.