Passer au contenu principal

Crise de la quarantaineNicolas Clerc sort de la crise frais comme un gardon

Outre un peu de poisson, le pêcheur d’Allaman a trouvé sur le lac un refuge contre l’étrangeté du monde.

«D’habitude, on sait qu’il est 6 heures parce qu’on voit les premiers avions dans le ciel.»
«D’habitude, on sait qu’il est 6 heures parce qu’on voit les premiers avions dans le ciel.»
Odile Meylan

Il n’a jamais craint le Léman. Le pourrait-il? Depuis qu’il est môme le lac a été sa maison. Ado, il en a fait son gagne-pain, rejoignant dans la chaloupe familiale son père, Frédéric, lui-même fils, petit-fils et… arrière-petit-fils de pêcheur. Cinq générations! Quand on lui demande depuis quand la famille Clerc taquine la perche, Nicolas, 31 ans, lâche «mille huit cents et quelques». Un bail, en tout cas.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.